Nox Oculis


François (Édouard Joachim) Coppée (1842-1908)

Écrivain français, proche du Parnasse qui, dans des œuvres comme Le Cahier rouge, décrivit la beauté des villes et la grandeur des humbles.

D'abord parnassien, comme en témoigne son premier recueil, Le Reliquaire (1866), François Coppée se tourna par la suite vers une forme de poésie moins grandiloquente et moins exotique, plus proche des réalités quotidiennes, des mille tableaux familiers, drôles ou touchants, que propose la grande ville moderne : Intimités (1868), Les Humbles (1872), Le Cahier rouge (1874), Les Paroles sincères (1891). Ce contemporain du naturalisme donne du peuple une image qui n'est certes pas exempte de clichés, mais qui s'attache à exalter, chez les gens simples, les sentiments et les valeurs d'une humanité véritable. C'est surtout au théâtre qu'il remporta ses plus grands succès publics, avec des pièces comme la comédie en vers Le Passant (1869) ou le drame historique Pour la couronne (1895). Élu à l'Académie française en 1884, il fut un antidreyfusard militant et se convertit au catholicisme.


Étoiles filantes


Vie antérieure


Références :


| Poésie | Page d'accueil | Bibliographie | Glossaire | Hyperliens |

© 2003 Mario Tessier - Tous droits réservés.
Adresse URL : http://pages.infinit.net/noxoculi/coppee.html