Nox Oculis


Ralph Waldo Emerson (1803-1882)

Essayiste, philosophe et poète américain, fondateur du transcendantalisme.

Emerson naquit à Boston le 25 mai 1803, dans une famille de pasteurs. Diplômé de l'université Harvard à l'âge de dix-huit ans, il commença à enseigner avant d'entrer à la Harvard Divinity School pour y devenir pasteur de la seconde Église unitarienne (c'est-à-dire niant la Trinité) de Boston (1829). La même année, il épousa Ellen Tucker, qui mourut dix-sept mois plus tard. Dès 1832, Emerson renonça à sa charge de pasteur pour cause de divergences dogmatiques et quitta les États-Unis pour l'Europe. Individualiste, aimant la vie, Emerson avait une foi panthéiste et spontanée qui ne pouvait trouver à s'épanouir au sein de l'Église réformée. En Angleterre, il fit la connaissance de Samuel Taylor Coleridge, de Thomas Carlyle et de William Wordsworth. Sa rencontre avec Carlyle scella une amitié qui allait durer toute sa vie.

À son retour aux États-Unis en 1833, Emerson commença à Boston le cycle de conférences qui le rendit célèbre. Ses conférences s'inspiraient de ses Journaux (publiés après sa mort, entre 1909 et 1914), qui lui servaient de recueil d'observations et de notes. Le premier livre qu'il publia, Nature (1836), contenait sa déclaration de foi la plus détaillée. Cet ouvrage fut considéré par la suite comme son œuvre la plus originale et la plus significative, car il renferme l'essence de la philosophie transcendantaliste. Par son idéalisme, cette doctrine s'opposait aux conceptions tant matérialistes que calvinistes de la vie ; elle consistait en un plaidoyer pour l'affranchissement de l'individu. Les prises de position d'Emerson sur des sujets divers touchant à la société et à la morale lui valurent des attaques véhémentes ; il fut accusé de brocarder la religion officielle et de prôner l'indépendance et l'expérience spirituelle intuitive.

Il publia encore deux volumes successifs d'Essais (1841 et 1844), puis écrivit pour The Dial, la revue du transcendantalisme de la Nouvelle-Angleterre, fondée en 1840, dont il devint le rédacteur en chef en 1842. Plusieurs de ses conférences furent réunies dans le volume Représentants de l'humanité (1850), et des essais furent regroupés dans la Conduite de la vie (1860), qui connut un succès immédiat. Emerson publia plusieurs recueils poétiques, parmi lesquels Premier Mai et autres poèmes (1867) -- un recueil des textes publiés auparavant dans The Dial et dans Atlantic Monthly -- et Parnassus (1874), le recueil de ses poèmes favoris. De son séjour à l'étranger, Emerson tira aussi un très beau livre de voyage, les Traits du caractère anglais (1856).

Orateur réputé, penseur progressiste et intègre, Emerson milita pour la spécificité culturelle des États-Unis : le transcendantalisme fut pour lui un moyen de faire prendre conscience aux Américains qu'ils pouvaient, en suivant leur énergie et leur créativité spontanée, construire un monde sans référence au Vieux Continent. Il milita en outre pour la cause abolitionniste en donnant de nombreux discours contre l'esclavage. Emerson mourut le 27 avril 1882 à Concord dans le Massachusetts.


Character

    The sun set, but set not his hope :
    Stars rose ; his faith was earlier up :
    Fixed on the enormous galaxy,
    Deeper and older seemed his eye ;
    And matched his sufferance sublime
    The taciturnity of time.
    He spoke, and words more soft than rain
    Brought the Age of Gold again :
    His action won such reverence sweet
    As hid all measure of the feat.

    Ralph Waldo Emerson


Teach me your mood, O patient stars

    Teach me your mood, O patient stars.
    Who climb each night, the ancient sky.
    leaving on space no shade, no scars,
    no trace of age, no fear to die.

    Ralph Waldo Emerson


Références :


| Poésie | Page d'accueil | Bibliographie | Glossaire | Hyperliens |

© 2003 Mario Tessier - Tous droits réservés.
Adresse URL : http://pages.infinit.net/noxoculi/emerson.html