Nox Oculis


Langston Hughes (1902-1967)

Poète, journaliste et dramaturge africain-américain.

Né à Joplin dans le Missouri, le 1er février 1902. Ses parents divorcèrent alors qu'il était très jeune et son père partit pour le Mexique. Il fut élevé par sa grand-mère jusqu'à l'âge de treize ans. Ensuite, il partit vivre avec sa mère et le mari de celle-ci à Lincoln (illinois). C'est à cette époque qu'il commença à composer ses premiers poèmes. Quelques temps après, la famille s'installa à Cleveland, dans l'Ohio.

Après sa graduation, Hughes passa une année au Mexique et une année à l'Université Columbia. Durant cette périodem il occupa plusieurs emplois hétéroclites : assistant-cuisinier, blanchisseur, serveur, et même marin sur des navires en partance pour l'Europe et l'Afrique.

Langston Hughes a écrit plusieurs recueils de poèmes (le premier, The Weary Blues, fut publié en 1926), des recueils de nouvelles (Laughing to Keep From Crying, 1930), des pièces de théâtre et une autobiographie (I Wonder as I Wander, 1956). Issu de la « Harlem Renaissance » des années 1920, Langston Hughes a intégré les rythmes du jazz et ceux de la tradition orale africaine à une prose souvent caustique. Il fut l'un des premiers activistes de la communauté noire.

Hughes compte parmi les influences littéraires qui l'ont le plus marqué Paul Lawrence Dunbar, Carl Sandburg, et Whitman. Il est particulièrement connu pour ses portraits colorés de la vie des Noirs dans l'Amérique des années 20 aux années 60. Il écrivit des romans, des nouvelles et des pièces de théâtre, de même qu'un large corpus de poésie. Il est également connu pour son engagement vis-à-vis le monde du jazz, et pour l'influence que cette musique a eu sur son oeuvre littéraire. Sa vie et son oeuvre furent cruciaux dans le développement de la renaissance Harlem des années 1920. Contrairement à d'autres écrivains noirs de cette période, Hughes s'est refusé de différencier son expérience personnelle de la vie commune des Noirs américains. Il voulut raconter les histoires de sa communauté dans des manières qui reflétaient leur culture, incluant leur souffrance et leur amour de la musique, leur humour et leur langage propre.

Langston Hughes est mort de complications chirurgicales liées à un cancer le 22 mai 1967, à New York. Pour commémorer sa mémoire, la cité de New York a désigné sa résidence du 20 East 127th Street à Harlem, comme monument historique, et fut renommé « Langston Hughes Place ».


Dream Variations

    To fling my arms wide
    In some place of the sun,
    To whirl and to dance
    Till the white day is done.
    Then rest at cool evening
    Beneath a tall tree
    While night comes on gently,
    Dark like me --
    That is my dream !

    To fling my arms wide
    In the face of the sun,
    Dance ! Whirl ! Whirl !
    Till the quick day is done.
    Rest at pale evening...
    A tall, slim tree...
    Night coming tenderly
    Black like me.

    Langston Hughes, tiré de The Collected Poems of Langston Hughes (1944)


My People

    The night is beautiful
    So the faces of my people.

    The stars are beautiful,
    So the eyes of my people.

    Beautiful, also, is the sun.
    Beautiful, also, are the souls of my people.

    Langston Hughes


Références :


Bibliographie :


Oeuvres poétiques :


| Poésie | Page d'accueil | Bibliographie | Glossaire | Hyperliens |

© 2003 Mario Tessier - Tous droits réservés.
Adresse URL : http://pages.infinit.net/noxoculi/hughes.html