Nox Oculis


John Keats (1795-1821)

Poète lyrique britannique, l'un des poètes les plus doués et les plus attachants du XIXe siècle, il compte parmi les figures essentielles du romantisme.

Fils d'un palefrenier, Keats naquit à Londres le 31 octobre 1795. Orphelin à l'âge de quinze ans, il interrompit des études de médecine alors qu'il avait près de vingt ans, préférant se tourner vers la poésie.

Ses premiers poèmes, les sonnets « Oh, Solitude if I with Thee Must Dwell » et « Après une première lecture de l'Homère de Chapman », parurent en 1816 dans The Examiner, revue de tendance libérale éditée par l'essayiste et poète Leigh Hunt, l'un des fers de lance du mouvement romantique dans la littérature anglaise. Hunt présenta Keats à un cercle littéraire auquel appartenaient Shelley, Wordsworth, Hazlitt et, grâce à l'influence desquels, Keats vit la parution de son premier recueil, Poèmes, par John Keats. Les principaux poèmes contenus dans le livre sont le sonnet sur la traduction d'Homère de Chapman, « To One Who Has Been Long in City Pent », « I Stood Tip-Toe upon a Little Hill » et « Sommeil et Poésie », qui défendaient la vision romantique de Hunt contre celle de Byron.

Paru en 1818, le deuxième recueil de Keats, Endymion, un poème narratif en quatre livres tiré de la légende d'Endymion et de la déesse de la Lune, fut très mal accueilli par deux des plus illustres revues critiques de l'époque, la Quarterly Review et le Blackwood's Magazine qui qualifièrent Endymion de galimatias absurde et dénigrèrent Keats comme « cockney ». En 1820, Keats contracta la tuberculose. Il est probable que son état ait été aggravé par la tension émotionnelle provoquée par son attachement à Fanny Brawne, une jeune femme dont il était passionnément amoureux et à laquelle il se fiança en 1819. Toutefois, la période allant de 1818 à 1820 est sans doute la plus féconde de sa vie. En juillet 1820 parut son troisième recueil, et incontestablement le meilleur, Lamia, Isabella, la Veille de la Sainte-Agnès, et autres poèmes, sur des thèmes mythiques et légendaires de l'Antiquité, du Moyen Âge et de la Renaissance. Le recueil contient également le poème inachevé « Hypérion », recelant certains des plus beaux vers de Keats, le chef-d'œuvre lyrique Ode à l'automne, ainsi que trois odes, figurant parmi les plus délicates de la langue anglaise, Ode sur une urne grecque, Ode sur la mélancolie et Ode à un rossignol, sur le thème de la nature éternelle et transcendante des idéaux et du caractère éphémère du monde physique.

À l'automne de 1820, sur l'ordre de ses médecins, l'intimant de rechercher des cieux plus cléments pour l'hiver, Keats se rendit à Rome. Il y mourut le 23 février 1821. Certains de ses poèmes les plus connus furent publiés après sa mort, la Veille de la Saint-Marc (1848), la Belle Dame sans merci (première version publiée en 1888). Les Lettres de Keats, dont certaines pages sont jugées par de nombreux critiques comme parmi les plus raffinées ayant été écrites en anglais, furent publiées après sa mort.


Bright Star, Would I Were Stedfast as Thou Art

    Bright star, would I were stedfast as thou art --
    Not in lone splendor hung aloft the night,
    And watching, with eternal lids apart,
    Like nature's patient, sleepless eremite,
    The moving waters at their priestlike task
    Of pure ablution round earth's human shores,
    Or gazing on the new soft-fallen mask
    Of snow upon the mountains and the moors ;
    No -- yet still stedfast, still unchangeable,
    Pillow'd upon my fair love's ripening breast,
    To feel for ever its soft swell and fall,
    Awake for ever in a sweet unrest,
    Still, still to hear her tender-taken breath,
    And so live ever -- or else swoon to death.

    John Keats, 1819, dans Life, Letters and Literary Remains of John Keats (1848)


On first looking into Chapman’s Homer

    Much have I travell’d in the realms of gold,
    And many goodly states and kingdoms seen ;
    Round many western islands have I been
    Which bards in fealty to Apollo hold.
    Oft of one wide expanse had I been told
    That deep-brow’d Homer ruled as his demesne ;
    Yet did I never breathe its pure serene
    Till I heard Chapman speak out loud and bold :
    Then felt I like some watcher of the skies
    When a new planet swims into his ken ;
    Or like stout Cortez when with eagle eyes
    He star’d at the Pacific -— and all his men
    Look’d at each other with a wild surmise —-
    Silent, upon a peak in Darien.

    John Keats, octobre 1816, dans The Examiner (London, Dec. 1, 1816)


Références :


Oeuvres poétiques :


| Poésie | Page d'accueil | Bibliographie | Glossaire | Hyperliens |

© 2002 Mario Tessier - Tous droits réservés.
Adresse URL : http://pages.infinit.net/noxoculi/keats.html