Nox Oculis


Li Po ou Li Bai (701-762)

Pronouncé : l bô, Li Pai l bi, or Li T'ai-po l tibô. Poète chinois d'inspiration taoïste, le plus grand poète de la Chine classique, sous la dynastie T'ang.

Né dans ce qui est devenu la province de Sichuan (Szechwan). Issu d'une famille de la petite noblesse, Li Po reçut tout d'abord une éducation traditionnelle, puis une formation taoïste auprès d'un ermite. À l'âge de vingt-cinq ans, il commença une vie de bohême, et se mit à voyager. En 726, il tenta une première fois de se ranger en se mariant, et demeura avec la famille de sa femme près de Hankou (faisant maintenant partie du Wuhan), mais reprit bientôt sa vie errante. Puis, en 742, il s'établit à Changan (l'acutelle Xi'an), et fut attaché à l'Académie impériale, mais des intrigues l'obligèrent à quitter cette fonction ; ce fut alors une nouvelle période de vagabondage et d'insouciance. Il étudia le taoïsme et écrivit des poèmes, jouissant de la nature et des plaisirs du vin fourni gratuitement sur ordre de l'empereur. En 755, la rebellion d'An Lushan provoqua une guerre civile qui eut des répercussions sur Li Po : ayant rallié -- de gré ou de force, on ne le sait pas -- le camp du vaincu, il fut arrêté et condamné à l'exil. Il vécut ses dernières années en voyageant le long du Chang (Yangtze). Amnistié, il mourut en 762 sur le chemin du retour, dans la province du Anhui (Anhwei). La légende veut qu'il soit mort noyé. En effet, alors qu'il était en bateau et dans un état d'ébriété avancé, il serait tombé à l'eau en tentant d'enlacer le reflet de la lune. On pense plutôt qu'il soit mort d'une cirrhose du foie ou d'un empoisonnement au mercure, élément entrant fréquemment dans la composition des élixirs de longévité taoistes.

Des nombreux écrits de Li Po, il reste environ 1,100 poèmes rassemblés. Il est mieux connu pour ses poèmes décrivant des voyagesdans des contrées imaginaires, évoquant des images taoistes exotiques et d'intenses émotions. Ils sont remarquables tant par leur qualité musicale que par la richesse et la précision des images. La tristesse que connaissent ceux qui sont séparés par les exigences du devoir, la passion de l'indépendance, le soulagement que procure le vin, l'appréciation taoïste de l'imposante tranquillité des montagnes et des rivières, ainsi que le sens des mystères de la vie constituent les principaux thèmes de sa poésie. Il utilise l'hyperbole et le jeu, souvent dans le but d'oublier la réalité plutôt que de la confronter. Il préfère les vieilles formes poétiques telles que les chansons et ballades.


Voici 4 versions du poème le plus connu de Li Po, dans lequel on retrouve plusieurs de ses thèmes favoris : la lune, la montagne, l'ivresse, la solitude.

Drinking Alone

    I take my wine jug out among the flowers
    to drink alone, without friends.

    I raise my cup to entice the moon.
    That, and my shadow, makes us three.

    But the moon doesn't drink,
    and my shadow silently follows.

    I will travel with moon and shadow,
    happy to the end of spring.

    When I sing, the moon dances.
    When I dance, my shadow dances, too.

    We share life's joys when sober.
    Drunk, each goes a separate way.

    Constant friends, although we wander,
    we'll meet again in the Milky Way.

    Li T'ai-po, traduit par Sam Hamill

Alone and Drinking Under the Moon

    Amongst the flowers I
    am alone with my pot of wine
    drinking by myself ; then lifting
    my cup I asked the moon
    to drink with me, its reflection
    and mine in the wine cup, just
    the three of us ; then I sigh
    for the moon cannot drink,
    and my shadow goes emptily along
    with me never saying a word ;
    with no other friends here, I can
    but use these two for company ;
    in the time of happiness, I
    too must be happy with all
    around me ; I sit and sing
    and it is as if the moon
    accompanies me ; then if I
    dance, it is my shadow that
    dances along with me ; while
    still not drunk, I am glad
    to make the moon and my shadow
    into friends, but then when
    I have drunk too much, we
    all part ; yet these are
    friends I can always count on
    these who have no emotion
    whatsoever ; I hope that one day
    we three will meet again,
    deep in the Milky Way.

    Li Po, traduit par Rewi Alley

Drinking Alone By Moonlight

    A cup of wine, under the flowering trees ;
    I drink alone, for no friend is near.
    Raising my cup I beckon the bright moon,
    For he, with my shadow, will make three men.
    The moon, alas, is no drinker of wine ;
    Listless, my shadow creeps about at my side.
    Yet with the moon as friend and the shadow as slave
    I must make merry before the Spring is spent.
    To the songs I sing the moon flickers her beams ;
    In the dance I weave my shadow tangles and breaks.
    While we were sober, three shared the fun ;
    Now we are drunk, each goes his way.
    May we long share our odd, inanimate feast,
    And meet at last on the Cloudy River of the sky.

    Li Po

Drinking Alone with the Moon

    From a pot of wine among the flowers
    I drank alone.There was no one with me --
    Till raising my cup, I ask the bright moon
    To bring me my shadow and make us three.
    Alas, the moon was unable to drink
    And my shadow tagged me vacantly ;
    But still for a while I had these friends
    To cheer me through the end of spring...
    I sang. The moon encouraged me
    I danced. My shadow tumbled after.
    As long as I knew, we were born companions.
    And then I was drunk, and we lost one another.
    ... Shall goodwill ever be secure ?
    I watch the long road of the River of Stars.

    Li Po


Mountain Drinking Song

    To drown the ancient sorrows,
    we drank a hundred jugs of wine
    there in the beautiful night.
    We couldn't go to bed with the moon so bright.
    The finally the wine overcame us
    and we lay down on the empty mountain --
    the earth for a pillow,
    and a blanket made of heaven.

    Li T'ai-po, traduit par Sam Hamill


Song of the Forge

    The forge-fire sets a glow in the heavens,
    the hammer thunders, showering the smoke with sparks.

    A ruddy smithy, the white face of the moon,
    and the hammer, ringing down cold dark canyons.

    Li T'ai-po, traduit par Sam Hamill


Waterfall at Lu-Shan

    Sunlight streams on the river stones.
    From high above, the river steadily plunges --

    three thousand feet of sparkling water --
    the Milky Way pouring down from heaven.

    Li T'ai-po, traduit par Sam Hamill


Références :


| Poésie | Page d'accueil | Bibliographie | Glossaire | Hyperliens |

© 2002 Mario Tessier - Tous droits réservés.
Adresse URL : http://pages.infinit.net/noxoculi/po.html