Nox Oculis


John Skelton (vers 1460-1529)

Poète et écrivain satirique anglais, probablement né à Diss, Norfolk. Il étudia à Cambridge et Oxford. Précepteur du Prince Henri, futur roi Henri VIII (1496-1501), il fit, sous une forme allégorique, la satire de la vie à la cour (The Bowge of Court, 1498) juste avant d'être ordonné prêtre en 1498. Toutefois, il ne resta pas longtemps éloigné de la cour, et revint la servir de différentes manières, en étant notamment nommé Orator regius, orateur du roi. En 1501, Skelton fut impliqué dans des disputes à la cour, qui le conduisirent brièvement en prison pour dettes. Respecté par Érasme qui disait de lui qu'il était « la lumière et la gloire incomparables des lettres anglaises », Skelton est surtout connu pour son unique pièce de théâtre, Magnificence (1516), dans laquelle il mettait en garde le roi contre les agissements du cardinal Thomas Wolsey, et ses poèmes satiriques brocardant la cour, l'ignorance des prêtres et la décadence de l'Église (Collyn Clout ; Why Come Ye not to Court, 1522). Wolsey le fit emprisonner mais le libéra quelques temps après.

Poète au lyrisme très personnel, privilégiant les vers courts, les allitérations et les rimes répétitives qui confèrent à ses poèmes une cadence effrénée, Skelton a attaché son nom à cette forme poétique, les skeltonics, qu'admiraient notamment Wystan Hugh Auden et Robert Graves.

Il mourut paisiblement le 21 juin 1529.


Arectyng my syght

    Arectyng my syght towarde the zodyake,
    The sygnes xii for to beholde a farre,
    When Mars retrogradant reuersyd his bak,
    Lord of the yere in his orbicular,
    Put up his sworde, for he cowde make no warre,
    And whan Lucina plenarly did shyne,
    Scorpione ascendynge degrees twyse nyne.

    John Skelton, 1495


Références :


Bibliographie :


| Poésie | Page d'accueil | Bibliographie | Glossaire | Hyperliens |

© 2002 Mario Tessier - Tous droits réservés.
Adresse URL : http://pages.infinit.net/noxoculi/skelton.html