Nox Oculis


Robert Southey (1774-1843)

Poète romantique anglais, qui fut l'un des principaux poètes lakistes (« lake poets ») et qui s'illustra tout particulièrement dans les genres de la poésie et de la biographie.

Robert Southey naquit à Bristol. Pendant ses études à l'université d'Oxford, il se rapprocha du poète Samuel Taylor Coleridge, avec lequel il souhaitait fonder une communauté utopique et égalitaire, la pantisocracy, sur les bords du fleuve Susquehanna, dans l'État de Pennsylvanie, aux États-Unis. Ce projet échoua, mais les deux poètes restèrent très intimes ; leur amitié se renforça en 1795, quand Southey épousa la belle-sœur de Coleridge. Le poète séjourna au Portugal à trois reprises entre 1795 et 1800 ; lors de son dernier séjour, il réunit le matériau nécessaire à la rédaction de son Histoire du Portugal, qu'il laissa inachevée. En 1803, les familles Southey et Coleridge s'installèrent ensemble à Greta Hall dans le Keswick. Southey eut l'honneur d'être poète lauréat en 1813, ce qui ne le délivra nullement de la contrainte d'écrire beaucoup pour subvenir aux besoins de sa famille ; le volume de son oeuvre, tant en prose qu'en poésie, est d'ailleurs considérable. Southey mourut le 21 mars 1843 à Greta Hall.

L'inspiration poétique de Southey est variée. Dans sa jeunesse, enthousiasmé par la Révolution française, il composa diverses œuvres à la gloire de la France, notamment un poème épique intitulé Jeanne d'Arc, publié en 1793. Il écrivit encore des Petits Poèmes en 1799, mais s'illustra surtout dans le genre du poème narratif, avec l'épopée Thalaba le destructeur qui parut en douze volumes en 1801, puis Roderic, le dernier des Goths (1814). En 1821, une dispute l'opposa à Byron au sujet de l'un de ces amples poèmes : dans la préface de Une vision du jugement, composé en l'honneur de George III, roi d'Angleterre, il avait attaqué avec véhémence les écrits de lord Byron, qui riposta en 1822 par une parodie de ce poème. Parallèlement à ces poèmes narratifs, il écrivit des vers plus légers et plus accessibles, plus faciles à aborder pour le lecteur moderne.

Son œuvre la plus importante est constituée par les biographies qu'il consacra aux grands hommes de son pays : citons la Vie de Nelson (1813), mais aussi la Vie de Wesley (1821) ou Vies des amiraux anglais (1833-1834).

Southey est également l'auteur d'essais politiques, religieux et historiques (Histoire du Brésil, 1810-1819). Il publia aussi les ouvrages de sir Thomas Malory.


St. Antidus, the Pope and the Devil (extraits)

    He ran against a shooting star,
    So fast for fear did he sail,
    And he signed the beard of the Bishop
    Against a comet's tail ;
    And he passed between the horns of the moon,
    With Antidius on his back ;
    And there was an eclipse that night,
    Which was not in the Almanac.

    Robert Southey


Références :


| Poésie | Page d'accueil | Bibliographie | Glossaire | Hyperliens |

© 2003 Mario Tessier - Tous droits réservés.
Adresse URL : http://pages.infinit.net/noxoculi/southey.html