Les sophistes
Accueil Chroniques Enseignement Littérature Philosophie Humour Curriculum

Philo-clip
Apologie
Aimer Penser
Les sophistes
Orange mécanique
Orange inter
La philosophie
La création
Les sophismes
Freud

Les sophistes

Le mot «sophisme» a pris une connotation péjorative au cours de l'histoire de la philosophie à la suite de l'influence des ouvrages de Platon et Aristote qui ont critiqué certains raisonnements des sophistes. À l'origine, les sophistes étaient appelés ainsi parce que c'était des savants. Mais ces authentiques savants ont été des «penseurs maudits» condamnés comme faux philosophes ou imposteurs. Les sophistes étaient des professeurs d'éloquence. Enseignants itinérants, ils voulaient préparer les citoyens à discuter dans les assemblées. On peut dire que, d'une certaine façon, ce sont les ancêtres des professeurs de philosophie puisqu'ils se faisaient payer pour leurs services. Ils s'intéressaient à la grammaire et aux mathématiques, principalement. Ils étaient souvent près des sceptiques et s'amusaient à soutenir avec la même verve deux conclusions contradictoires, montrant ainsi que la raison est une faculté bien fragile.

Le premier sophiste et sans doute le plus célèbre fut Protagoras.  Celui-ci était un démocrate et un sceptique. Il affirmait que «sur tout chose il y a deux discours qui se contredisent l'un l'autre». Il affirmait aussi que «l'homme est la mesure de toute chose» contestant ainsi la possibilité qu'il existe des connaissances objectives.

On attribue à Protagoras le litige à propos du paiement. Euvatle, le disciple de Protagoras, avait conclu avec son maître un contrat stipulant qu'il devait lui payer une somme importante s'il gagnait son premier procès au tribunal. Peu de temps après, sans même qu'il y ait procès, Protagoras réclama le paiement. Mais Euvatle refusa en affirmant :

-- Je n'ai jamais défendu une affaire devant les tribunaux.

Protagoras répondit :

-- Ça ne fait rien. Si je porte l'affaire devant le tribunal et si je gagne, tu devras me payer selon le verdict du tribunal. Si c'est toi qui a gain de cause, tu devras me payer conformément à notre contrat.

Euvatle répondit :

-- De toute façons je ne payerai point. Si le verdict du tribunal est à ton avantage, je ne payerai pas, conformément à notre contrat. Si le tribunal te récuse, je ne paierai pas, conformément au verdict du tribunal…

Protagoras dut subir un procès pour impiété, car il professait l'agnosticisme. «Au sujet des dieux, je n'ai aucun savoir, ni qu'ils sont, ni qu'ils ne sont pas, ni quelle est leur manifestation. Nombreux sont en effet les empêchements à le savoir : leur caractère secret et le fait que la vie de l'homme est courte.»

Pour cette réflexion, il fut condamné à quitter Athènes et on brûla ses ouvrages sur la place publique.

Les autres sophistes connus sont Gorgias, Hippias, Critias, Anthisphon, etc.

On doit aussi aux sophistes d'avoir imaginé les premiers paradoxes dont le plus discutés est sans doute le paradoxe du menteur. Si quelqu'un dit qu'il ment toujours, ment-il ou dit-il la vérité?

Aujourd'hui, on a plutôt tendance à réhabiliter les sophistes, car on pense qu'ils ont rendu de grands services aux philosophes en les poussant à s'interroger sur des problèmes de raisonnement et de langage. Toutefois, le mot «sophisme» a gardé le sens que lui a donné la tradition platonique et aristotélicienne, c'est-à-dire qu'il est devenu synonyme de paralogisme, de raisonnement erroné et pouvant tromper les autres facilement.

Extraits des notes de cours de Jocelyne Rioux