Jean Giono: Chronologie




1895 (30 mars):
Naissance de Jean Giono (à Manosque), fils de Antoine Jean Giono, cordonnier, et de Pauline Pourcin, blanchisseuse. Giono est le petit-fils d'un carbonaro piémontais exilé en France en 1831, Jean-Baptiste Giono, qui restera pour son petit-fils une figure de légende.

1900-1902:
École St Charles de Manosque, tenue par des soeurs présentines.

1902-1911:
Collège de Manosque. Scolarité honorable mais sans éclat.

1911:
Giono doit quitter le collège avant le passage du baccalauréat pour aller travailler et aider sa famille; son père est malade. Il entre au Comptoir National d'Escompte de Manosque comme garçon de course, puis employé.
Il commence à écrire des poèmes. Il lit les auteurs grecs et latins, les classiques français, Dante, Cervantes, Shakespeare...

1913-1916:
Publication de ses poèmes dans un journal local.

1915:
Mobilisé dans l'infanterie.

1916:
Dans les tranchées à Verdun. Première visite à Paris lors d'une permission.

1917:
Combats du Chemin des Dames. Bataille de la Somme.

1918:
Bataille du Kemmel. Giono est légèrement gazé.

1919:
Giono est démobilisé en octobre. Séjour à Marseille.

1920:
Reprise du travail à la banque à Manosque.
Mort de son père. Mariage avec élise Maurin.

1921-1923:
Publication de poèmes en prose dans La Criée. Rencontre de Lucien Jacques.

1926:
Naissance d'Aline Giono.

1929:
Séjour à Paris pour le service de presse de Colline. Rencontre de Gide, André Chamson, Jean Paulhan.
En décembre, Giono quitte son emploi à la banque et décide de vivre de sa plume.

1930:
Achat du Paraïs, la maison où il passera toute sa vie.

1932:
Voyage en Suisse où il rencontre C.F. Ramuz. Premières représentations, à Genève et Paris, de la pièce Lanceurs de graine.

1934:
Pagnol adapte et met en scène Un de Baumugnes, sous le titre d'Angèle et Jofroi de la Maussan sous le titre de Jofroi.
Giono adhère à l'Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires, animée entre autres par Aragon.
Naissance de Sylvie Giono.

1935:
Premier séjour au Contadour avec un groupe d'une cinquantaine de personnes.
Giono se sépare des communistes. Collaboration au journal Vendredi (Guéhenno, Chamson), hebdomadaire de gauche antifasciste.

1936:
Deux séjours au Contadour. Création des Cahiers du Contadour (7 numéros jusqu'en 1939).
Début de la traduction de Moby Dick d'Herman Melville, en collaboration avec Lucien Jacques et Joan Smith.

1937:
Deux séjours au Contadour.
Rupture avec Vendredi sur la question du pacifisme (que Giono veut intégral).

1938:
Deux séjours au Contadour. Giono milite pour le pacifisme et le désarmement universel (textes, appels).

1939:
Deux derniers Contadour.
Mobilisé et arrêté en septembre pour ses idées pacifistes, Giono est détenu au fort Saint-Nicolas, à Marseille, jusqu'en novembre. Il est dispensé des obligations militaires.

1940-1941:
Vie retirée, consacrée à l'écriture, à l'écart de la politique.

1942:
Deux cavaliers de l'orage est publié dans la revue La Gerbe (décembre 42-mars 43).

1943:
Attentat contre la maison de Giono.
Le Voyage en calèche est interdit de représentation par la censure allemande.

1944:
Arrêté après la libération, Giono est détenu sans inculpation pendant sept mois. Mis sur la liste noire du Comité national des écrivains, dominé par les communistes, il ne pourra rien publier pendant plus de deux ans.

1945:
Séjour à Marseille.

1946:
Lecture des romanciers américains: Hemingway, Steinbeck, Dos Passos, et surtout Faulkner.
Mort de sa mère.

1947:
Des éditeurs moins importants recommencent à publier Giono.
Intérêt pour Machiavel.

1948-1950:
Années consacrées à l'écriture et à la publication.

1951:
Voyage en Italie.
Le hussard sur le toit est salué comme un grand livre et met fin à sa période de purgatoire.

1952:
Voyage en Angleterre et en écosse.

1953:
Prix littéraire de Monaco pour l'ensemble de son oeuvre.

1954:
Élu à l'Académie Goncourt, au fauteuil de Colette.

1957:
Tournage de L'Eau vive.

1959:
Voyage en Espagne.
Début de collaboration, sous forme de chroniques, au Dauphiné libéré et à Nice-Matin.

1960:
Séjour aux Baléares, annuel jusqu'en 1969.
Crésus, écrit et mis en scène par Giono, avec Fernandel, est un relatif insuccès.

1961:
Giono préside le jury du Festival de Cannes.
Mort de Lucien Jacques, le grand ami.

1962:
Accident cardiaque.

1963:
Un roi sans divertissement, scénario et dialogues de Giono, est porté à l'écran.
Élu au Conseil littéraire de Monaco.

1965-1970:
Écriture et publication.

1970:
Nuit du 8 au 9 octobre: Giono meurt à Manosque.

 

 

 

| Sources de la chronologie | | Page d'accueil Jean Giono |

© B.Poirier, 2000