Jean-Daniel
(Extrait)


Un jour, je te verrai venir un peu lasse
et lourde d'un fardeau que tu n'as pas connu,
tandis que s'épaissit ta taille,
marchant dans le jardin où les roses fleurissent,
et je t'aimerai encore un peu plus.

Je songe que tu portes deux vies
et qu'il me faut donc t'aimer doublement,
pour toi-même et puis pour celui
qui va naître de tes souffrances.

Je sens que j'ai grandi vers de nouveaux aspects
d'où le mode paraît avec des tristesses,
mais aussi avec des joies accrues en nombre;
et quand je sens ta main s'appuyer sur mon bras,
et l'ombre de ton front se poser sur ma joue,
il me semble avancer sûrement avec toi
vers la réalisation d'une promesse.



| Index des textes | | Page d'accueil C.F. Ramuz |