Passage du poète
(extrait)

VII

- C'est que tout est plié à nous, par ici.
Bovard de nouveau dans sa vigne; et, ayant levé les yeux sur la côte:
- C'est de nous, c'est à nous...
Il dit:
- C'est tout habitué à l'obéissance par ici, depuis le temps que c'est en vignes. Et le bon Dieu lui- même a décidé que ce serait en vigne, ayant orienté le mont comme il convient, se disant: "Je vais faire une belle pente tout exprès, dans l'exposition qu'il faut, et je vais mettre encore dans le bas la nappe de l'eau pour qu'il y ait ainsi deux soleils sur elle, que le soleil qui vient ailleurs d'en haut seulement vienne ici d'en haut et d'en bas..." Je dis que c'est le bon Dieu qui a arrangé lui-même tout ça, puis il nous a dit: "A votre tour", alors quoi? on est désignés. Soldats, caporaux, officiers, sous son Haut Commandement...
Comme Bovard dit dans sa vigne, sa parlant ainsi à lui- même avec des mots qui viennent, et il en est étonné, mais il en vient encore:
- Le bon Dieu a commencé, nous on est venu ensuite et on a fini... Le bon Dieu a fait la pente, mais nous on a fait qu'elle serve, on a fait qu'elle tienne, on a fait qu'elle dure: alors est-ce qu'on la reconnaîtrait seulement à présent, dit-il encore, sous son habillement de pierre? et ailleurs l'homme se contente de semer, de planter, de retourner; nous, on l'a d'abord mise en caisses, regardez voir si ce que je dis n'est pas vrai; mise en caisses, je dis bien, mise tout entière dans des caisses et, ces caisses, il a fallu ensuite les mettre les unes sur les autres...
Il les montre avec sa main qui monte de plus en plus, par secousses, à cause de tous ces étages, à cause de tous ces carrés de murs comme des marches.
- Et ce n'est plus du naturel, c'est du fabriqué; c'est nous, c'est fabriqué par nous, ça ne tient que grâce à nous; ça n'est plus une pente, c'est une construction, c'est une tour, c'est un devant de forteresse...


| Index des textes | | Page d'accueil C.F. Ramuz |