Nidification

Habitant autrefois les crevasses des falaises, les anfractuosités des rochers, les arbres creux ou encore les trous de pics, l'hirondelle noire niche aujourd'hui presque exclusivement dans des nichoirs artificiels. Il existe plusieurs types de nichoirs, pourvus d'un ou de plusieurs appartements, construits principalement de bois, d'aluminium ou de plastique. Idéalement, un logis forme un cube de 12 cm de côté. Chaque nichoir est pourvu de nombreux perchoirs et chaque balcon du logis est muni d'une rampe protectrice afin d'éviter la chute des oisillons lors de leurs premières sorties.

Ce sont les adultes de deux ans et plus qui arriveront les premiers, souvent les mâles afin de se garder les meilleurs emplacements pour la nidification. Les juvéniles arriveront plus tard. Si la majorité des adultes reviennent à leur nichoir habituel, une infime partie des juvéniles reviendra dans la colonie qui les aura vu naître. Les autres chercheront ailleurs un logis adéquat.

Les mâles doivent parfois défendre leur logis contre des congénères belliqueux qui ont eu la mauvaise idée de choisir le même compartiment. Quelques mâles défendent souvent plusieurs logis pour y attirer plusieurs femelles à la fois.

Les deux adultes participent activement à la fabrication du nid. Le mâle n'est jamais loin de la femelle et il l'accompagne souvent lors de sa quête de matériaux. Parfois, le mâle se charge lui-même de transporter les matériaux nécessaire. Chaque couple choisi un compartiment qu'il occupera jour et nuit, même pendant la ponte ou la couvaison.

Le couple doit défendre ce gîte contre les autres couples d'hirondelles noires et parfois contre d'autres espèces qui revendiquent le même logis. Deux espèces d'origine européenne sont particulièrement tenaces. Il s'agit du moineau domestique et de l'étourneau sansonnet.

En 1850, un new-yorkais du nom de Nicolas Pike importa d'Angleterre un premier groupe de moineaux. Cet oiseau agressif s'est rapidement répandu en profitant de la présence de l'homme. Ses deux ou trois nichées annuelles ne sont pas étrangères à sa fulgurante expansion.

Ce bagarreur prolifique accapare les nichoirs conçus pour d'autres espèces et il ne se gêne pas pour les chasser afin de prendre leur place. Étourneau sansonnet

"J'aurai un étourneau à qui on enseignera à ne dire que MORTIMER".

Même Shakespeare n'aurait pu prévoir les conséquences fâcheuses lorsqu'il écrivit ce vers tiré d'Henry IV. Trois siècles plus tard, un fanatique du nom d'Eugène Scheifflin voulut que l'Amérique entière abrite tous les oiseaux mentionnés dans les textes de l'écrivain.

Il relâcha dans le Central Park de New-York 60 étourneaux sansonnets et 40 l'année suivante. Aujourd'hui, cette espèce s'est reproduite par millions. Elle dispute la nourriture et le site de nidification à d'autres espèces indigènes. Il ne faut jamais tolérer la présence de sansonnets dans les logis d'hirondelles noires.

Il faut également défaire systématiquement les nids des moineaux domestiques si l'on veut se donner les meilleures chances possibles pour l'établissement d'une colonie. Ce nid, fait d'un amoncellement d'objets hétéroclites est facilement identifiable car il occupe tout l'espace à l'intérieur du logis.

L'hirondelle noire met en général près de deux semaines pour construire le nid qui accueillera ses jeunes hirondeaux. Les matériaux qu'elles emploient pour bâtir ce nid sont nombreux et peuvent comporter les éléments suivants: paille, bouts de bois, racines, brindilles et boue. Les mâles ont l'habitude de rapporter des feuilles vertes au logis à la fin de la construction du nid et au début de la couvaison.

Il faut protéger les logis contre certains insectes parasites qui déposent leurs oeufs dans les matériaux formant les nids d'hirondelles noires. On doit saupoudrer de la terre diatomée sur les nids pour détruire ces parasites. Il faut éviter d'employer des insecticides chimiques qui pourrait avoir, à long terme, des effets nocifs sur la santé des oiseaux exposés à ces produits toxiques.

Habituellement, l'accouplement se fait discrètement à l'intérieur du logis mais il peut se faire également sur le sol lors de la recherche des matériaux pour la confection du nid.

Retour

Page précédente

Page suivante