Depuis l'exposition des Maîtres de l'art populaire vivant en 1991,
quatre des dix artistes qui y étaient représentés nous ont quittés:
Xavier Gauthier, «Mémorialiste du savoir technique», Wilfrid Richard,
«Le représentant le plus âgé d'une dynastie de sculpteurs», Martial Perron
avec son «Oeuvre de pierre», ainsi que Aimé Desmeules et sa «Forêt enchantée».

Il pouvait faire froid à s'en geler le bout des doigts, ou encore manquer d'éclairage dans son atelier, rien ne pouvait empêcher Xavier Gauthier d'aller au bout de sa passion: la fabrication de modèles réduits. «Si vous aviez vu la solidité des mains de cet homme-là, vous ne pourriez croire qu'il arrivait à travailler avec autant de délicatesse et de minutie!» vous dira sa bru, Marguerite Larouche. L'impressionnante collection de M. Gauthier se trouve toujours au Lac Saint-Jean, d'où il est originaire. Pour le connaître davantage, nous vous invitons à consulter la monographie écrite par l'ethnologue Pascale Galipeau, L'ouvrage selon Xavier Gauthier.

Richard, le fils de Xavier s'adonne à la construction de trains miniatures. Jeune retraité, il caresse le projet de reproduire les voitures à cheval de son père, puisque, étonnamment, Xavier ne l'a jamais fait.

Photos: Richard Lavoie

Une des premières pièces
de Martial Perron.

Thérèse Latour dans l'introduction de l'ouvrage Les arts populaires du Québec, souligne que Martial Perron est un exemple typique d'un artiste populaire qui choisit le matériau de sa pratique artistique en fonction de son milieu environnant. Il est originaire de Saint-Marc-des-Carrières, lieu où la pierre à chaux est une ressource naturelle abondante et importante pour l'économie régionale. En plus d'être tailleur de pierre de métier, M. Perron exprima son talent en taillant et sculptant dans cette même pierre des animaux ou encore la tête de personnages, dans son atelier situé dans un petit hangar derrière sa maison. Il faisait cela par pur plaisir et parce qu'il aimait la pierre. «Il ne faisait pas ça pour l'argent, il le faisait à temps perdu», vous dira madame Perron.

L'éléphant. 1968.
Pierre à chaux.
Hauteur: 29 cm. Largeur: 38, 5 cm.
Profondeur: 6,5 cm.
Photo: Simon Drolet.

La «tête» de Martial Perron
de la page des artistes
.
Pierre à chaux. 1986-1988.
Hauteur: 33,5 cm. Largeur: 39 cm.
Profondeur: 19,7 cm.
Photo: Simon Drolet.

Le coffre à outils de Martial Perron. Le travail de la pierre demande des instruments de travail robustes. L'ébauche de castor que l'on voit ici fut la dernière pièce que M. Perron entreprit de sculpter.

En art populaire, il n'est pas rare que l'on trouve ce que les ethnologues appellent «la filiation». Il s'agit d'une forme de transmission de savoirs et de savoir-faire du père ou de la mère vers leurs descendants. C'est ce que fit Wilfrid Richard, qui jusqu'à récemment, était le doyen de quatre générations de sculpteurs animaliers. Nous vous avons présenté ses petits-fils, Paul-Émile et Dominique Lavallée, ainsi que sa fille Marie-Jeanne. Découvrez cette famille dans l'écrit de Bernard Genest, Un monde peuplé d'animaux. Retrouvez l'homme derrière le sculpteur, celui qui figure en première page du livre Pour passer le temps.


Cheval. 1984.
Tilleul.
Photo: Richard Lavoie

Crucifix, 1980. En collaboration avec Marie-Jeanne Lavallée.
Tilleul.
Hauteur: 68,5 cm. Longueur: 37 cm.
Épaisseur: 7 cm.
Photo: Simon Drolet.

Le geai bleu de la page des artistes.
Tilleul. Peinture à l'huile « maison ». 1992.
Hauteur: 18,5 cm. Longueur: 25 cm.
Largeur: 8 cm.
Photo: Richard Lavoie.

C'est à Saint-Paul-de-la-Croix, dans le compté de Rivière-du-Loup, que l'imaginaire d'Aimé Desmeules a pris forme. Suivant lui aussi les traces de son père, Georges Desmeules, Aimé s'est amusé à décorer son terrain de personnages animés. Il est pourtant allé plus loin que son père. D'abord en aménageant une forêt d'animaux qu'il a sculptés, puis en diversifiant et enrichissant le bestiaire par des animaux exotiques. Il faisait vivre toute une aventure à des groupes d'écoliers qui venaient visiter sa «Forêt enchantée». Sa production est hétéroclite et ses pièces sont fignolées, même si la plupart sont faites à la scie mécanique.