Souvenirs

Galerie de photos de Thibaud de La Marnierre

Site en perpétuelle dé / re / construction

promenade stochastique

Sauf exeption, toutes ces photographies furent prises par Thibaud Sallé Phelippes de La Marnierre, huitième et dernier fils d'Edmond Sallé Phelippes de La Marnierre et de Colette de Guillebon.


On ne ditait pas...

Cette page: http://pages.infinit.net/thibaud/Photographies/galerie.html - L'entrée du site: http://pages.infinit.net/thibaud/ - Pour m'écrire: salt@lcmm.qc.ca

Au Raincy, Seine-et-Oise (78), puis Seine-Saint-Denis (93), en France près de Paris, je naquis un premier octobre 1954, et je grandis un peu, viellis trente ans.


cliquer pour agrandir
   

Façade avant, côté rue: rez de chaussée: fenêtre du «Hall», entrée et marquise, petit salon, deux fenêtres du grand salon, jardin d'hiver. Premier étage: chambre d'ami (ancienne chambre des Demoiselles (nurses), première chambre de Thibaud, chambre de Bertrand, deux fenêtres de la chambre de Papa (Edmond Sallé Phelippes de La Marnierre). Second étage: débarras, chambre de la bonne (Eufrasia Borralho), chambre du cuisinier (François Hascoët), deux fenêtres de la chambre d'étudiant (Didier, puis Thibaud).

Façade arrière, côté jardin: Rez-de-chaussée: cuisine (l'entrée de la cave est dessous), office, verrière de la salle à manger, chambre froide vitrée, porte arrière, fenêtre de la lingerie. Premier étage: fenêtre (cachée) de la salle de bains, cabinet de Papa, chambre d'écolier (seconde chambre de Thibaud), lucarne des toilettes, salle de bains et chambre de Maman (Colette de Guillebon).

Le Raincy: la maison vue de derrière (j'ai pris la photo du milieu du jardin de derrière) - vue de la cour - la volière - «La Tourbe», auvent aux outils - L'escalier - dans la salle à manger, la cage aux perruches, lesquelles cédèrent la place à des serins, des verdiers, des diamants mandarins et un cardinal - Une ancêtre inconnue, sous louis XV - L'aïeule Tassart, qui pourchassa de nuit, seule et à cheval, des brigands jusqu'à les rejoindre et les faire arrêter -

Quelques vues de ma maison natale du Raincy, qui appartint aux La Marnierre jusqu'en 1999 et qui a été rachetée par la mairie du Raincy pour y faire une bibliothèque:

   
La «cage aux poules» (secrétaires de l'Étude), la petite serre, la volière - La «tourbe» et la petite serre.

 
Deux vues de la volière. Autrefois il y avait des pigeons blancs, à queue de paon.

Sur le pavement de la baie de la salle à manger, qui donnait sur le jardin de derrière, il y avait une mosaïque au monogramme de Gaston de la Marnierre.

    


Le couloir du premier étage, au Raincy - Le jardin de derrière, la pelouse et le buisson central.


La salle à manger, le buffet, le petit-salon - la verrière de la salle à manger, la cage aux perruches, la pièce froide.

   
Salle à manger du Raincy, vue depuis le petit salon - entrée, vue de l'escalier.

 

 

Photos d'archives du temps des arrière-grands-parents: la façade avant le développement du Raincy - le croquet - verrière de la salle à manger et fenêtre de la lingerie, vue de l'extérieur -

Edmond de La Marnierre n'était pas précisément un rigolo, mais il savait rire. Il aimait sa propriété d'Écoman, qu'il avait achetée dans le Loir-et-Cher, au sud de Chateaudun, non loin de la propriété familiale de La Touche-Hersant (Eure-et-Loir).

 


Vue du «Château» d'Écoman depuis le potager, de l'entrée, et la chapelle.


La maison des Gardiens d'Écoman


Une toile d'Écoman.


La
soumission des femmes de Darius à Alexandre le grand. Tapisserie originale des Gobelins, dont il n'existe que deux exemplaires connus d'après ce «carton», qui se trouvait dans la salle à manger d'Écoman.

Avant Écoman, qui ne fut acheté qu'en 1974 si mes souvenirs sont exacts, il y avait Jullouville, dans la Manche, entre Granville et Carolles, tout au fond de la Baie du Mont Saint-Michel. C'est là que j'ai mes meilleurs souvenirs de vacances. La Chaumière appartenait à ma mère, Colette de Guillebon, Madame Edmond de La Marnierre. Nous y arrivions tard le soir, par l'avenue du Mont-Saint-Michel, la dernière rue avant la plage. Cette plage, à marée basse, faisait trois kilomètres, et 50 mètres à marée haute. C'est le lieu des plus grandes marées d'Europe.

 
L'entrée, le puits, la Chaumière côté est - la plage, la Chaumière et la Tarasque côté ouest.

La Chaumière, façade ouest - côté océan - et façade est, côté jardin

 

 

 

Quelques visages

 

La famille La Marnierre est plutôt nombreuse. Entre les enfants d'Edmond et Colette, les petits-enfants, les arrière-petis-enfants et les conjoints de tous ceux qui sont en âge d'en avoir, cela fait... trop pour compter. Et je ne parle pas des Guillebon: «Frappez un buisson, il en sort un Guillebon, et tous sont bons» dit l'adage (mais que diantre faisaient-ils, justement, dans les buissons?)

Quoi qu'il en soit, les Guillebon sont très nombreux.

Quelques images seulement des La Marnierre.


Didier, lors du mariage de sa cousine Armelle de Guillebon, il y a environ trente ans.


Tante Odette à la même époque, alors veuve de Maxime Royet, née Phelippes de La Marnierre (tout un personnage) - la soeur de la mère d'Edmond et de celle de Colette, ce qui explique l'air un peu particulier qu'ont les enfants de son fils Guy Royet et de Pascale, fille d'Edmond et Colette... ainsi que l'eur adhésion au Front National, sans doute. La
limpieza de sangre poussée à l'extrême.


Tante Claude Sallé, bénédictine à
Chantelle (Allier) depuis l'immédiat après-guerre sous le nom de Mère Marie-Suzanne. Un personnage elle aussi, octogénaire. Ses longues années de cloître ne l'ont guère préparée à tout comprendre du monde extérieur. Pleine de gentillesse et de bonne volonté, elle a néanmoins trouvé le moyen de se brouiller avec une bonne partie de sa parentèle.

 


L'
oncle Blaireau, Roger Phelippes de La Marnierre, petit frère de Guy, avec Edmond. Lui aussi un personnage. Il dormait fenêtre ouverte même l'hiver. Il est mort à plus de quatre-vingt dix ans, après avoir taillé ses pommier à la tronçonneuse. Il est le dernier La Marnierre à avoir conservé la Touche-Hersant.

 


À côté de la Touche, il y avait le domaine de La Taille.

 


Un 4 octobre, Thierry épousa Françoise.
À gauche, Éric fils de Denis, et Laetitia fille d'Alain.

 


Laetitia en 1970 à Jullouville

 


Le parchemin, extrait du d'Hozier (l'Armorial), est entaché d'erreur: sur le blason figurent des «canettes», au lieu des
merlettes «sans pattes ni bec» qui devraient s'y trouver.
Par ailleurs, le timbre (la couronne de comte à l'ancienne) n'y est pas.

On trouve la trace d'un Phelippes de La Marnierre, toujours robin dans l'une ou l'autre des chambres du conseil royal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ci falt le dict de Thibaud