Guildes

Le Maître des Masques


Cette aventure de création maison constitue la suite de la campagne de "l'Eau des Conspirations".



"À la volonté du peuple et à la santé du progrès
Rempli ton cœur d'un vin rebelle
Et à demain, ami fidèle
Nous voulons faire la lumière
Malgré les Masques de la nuit
Pour illuminer notre terre
Et changer la vie..."

Les Misérables, "À la volonté du peuple", Alain Boublil et Claude-Michel Schönberg


Brizio, République Venn'Dys, Rivages, 1er jour de prime Bise de l'an 207 de l'Âge de l'Aventure - Les Passeurs se réunissaient, à l'aube de l'ouverture du Carnaval de Brizio (l'une des célébrations les plus courues des rivages), dans leur hôstellerie, afin de faire le point sur leurs découvertes. La duelliste venn'dysse Émirielle de Tusme (Christine St-Laurent), le prince-marchand lui aussi de la Maison des Esprits Shanyndro Valentinus (Jean-François Ruel) et Thordvald, baroudeur gehemdal (Guillaume Forand) furent rejoints rapidement par Dralien, ashragor et prédictin du diable (Martin Frédérick) et Anseq Klarsaq, templier d'Ashragor (François Gagnon), qui avaient eut maille à partir avec des sbires d'Il Medico. Dralien en gardera probablement longtemps le souvenir, sous la forme d'une brûlure au visage provenant d'une poudre-flash qui lui fut jeté au visage et qui permit à son opposant de prendre la poudre d'escampette...

Après avoir lancé mille et une théories (et avoir appris qu'Émirielle leur cachait peut-être encore certaines choses sur les Safranns), les Passeurs purent observer, grâce à une longue-vue, qu'il se tramait des choses au 112 de la Voie Triomphale, d'où ils avaient pu voir sortir Il Medico. De l'autre côté du grand canal, ils purent en effet apercevoir par la fenêtre un Il Medico pas content du tout, montrer le contenu d'un coffret à l'un de ses sergents. Alors, qu'il était pour enlever son costume et son masque, il referma cependant les rideaux de la fenêtre, au grand dam des aventuriers...plus que jamais décidé à savoir ce qui se trame dans la demeure de "Dame Derrinia"...

Au petit matin, après quelques chiches heures de sommeil, ils décidèrent donc de forcer magiquement la porte (ahh... "Dégradation du métal") de la riche demeure et d'y faire un raid. À l'intérieur, ils tombèrent cependant sur plus fort qu'eux: les hommes d'Il Medico. Ils finirent par devoir reculer sous les coups de crache-feu longs et l'escrime experte de leurs assaillants. Thordvald, grièvement blessé, dû être entraîné par Dralien vers une fenêtre de l'arrière, d'où ils plongèrent dans le canal pour échapper au combat. Anseq et Émirielle, précédés par Shanyndro, firent de même par l'avant. Au passage, Anseq put cependant bousculer Il Medico et le découvrir de son masque... pour se rendre compte que se cachait sous ce dernier la chevelure blonde d'une des filles bâtardes du Doge, supposément décédée depuis plus de 10 ans! Dans la confusion de la fête, les Passeurs réussirent à fuir sans plus de mal.

Dralien et Thordvald furent repêchés, eux, par un jeune homme sur une gondole qui passait providentiellement par là... Marco Arvelli, poète, écrivain et dramaturge, a semblé très intéressé par les propos de Dralien. Après leur avoir posé quelques questions, il les invita, ainsi que leurs amis, à une petite fête privée qu'il tenait en marge du festival avec des amis, chez l'imprimeur Don Franni. Après avoir accepté, ils quittèrent leur interlocuteur, sans costume malgré le carnaval, portant seulement une petite larme de papier bleu collée sur sa joue...

Entre temps, ils ne pouvaient tout de même pas être au Carnaval de Brizio et ne pas assister à la spectaculaire course de gondole sur les eaux de la Voie Triomphale... Les Passeurs se frayèrent donc un chemin sur la Grand'Place, noire de monde, pour se trouver un bon emplacement, tandis que les dignitaires s'assemblaient sur une estrade surélevée au bord de l'eau. Parmi eux, le Doge, messire Vannion di Goronna, mais aussi un Il Medico un peu à l'écart... Sur le coup de midi, alors que le Doge était sur le point de donner le signal de départ, une explosion secoua l'estrade, qui s'effondra dans le fracas, la fumée et la poussière. Les Passeurs, toujours à l'affût avec leur longue-vue, purent apercevoir leur ami Marco s'éloigner prestement des alentours des dignitaires, après avoir rôdé autour d'eux un bon moment... Il réussit à passer entre les mailles du filet de la surveillance de la garde venn'dysse, tout comme les aventuriers, ces derniers grâce à la vivacité d'esprit d'Émirielle qui réussit à attirer l'attention sur un prétendu "voleur" qui s'enfuyait.

Les guildiens décidèrent donc d'aller immédiatement faire un tour à leur lieu de rendez-vous du soir. Ils ne découvrirent qu'une petite place publique orné d'une fontaine comme il y en a tant dans les villes venn'dysses, jouxté d'un canal secondaire, d'un petit théâtre ouvert gratuitement pendant le carnaval et de la librairie-imprimerie de Don Franceko Franni, où Dralien et Anseq firent ample provision de livres, si rares ailleurs dans les Rivages ou sur le Continent. Rien de bien suspect...jusqu'au soir. Lorsqu'ils s'y présentèrent à nouveau, une fois la nuit tombée, l'ambiance y était plutôt différente... Si les cris de réjouissance, les chants et la musique résonnaient un peu partout dans la ville, les guildiens furent froidement accueillis à la porte de l'imprimerie, et menés à une petite salle sans fenêtre alors que des imprimeurs leurs jetaient des regards inquiets dans l'atelier obscur, alors qu'ils ne reproduisaient sûrement pas le dernier roman d'aventures continentales à la mode...

Ils y retrouvèrent Marco et deux autres hommes, un vieillard et un autre dont le capuchon bas cachait les traits, portant tous la larme bleue sur la joue. Manifestement, les Passeurs étaient tombés en plein dans une assemblée d'Illégalistes... Après pas mal de méfiance de part et d'autres, les deux partis finirent par mettre cartes sur table. Les Passeurs expliquèrent la raison de leur enquête sur Il Medico, qui manipulerait leur ancienne guilde. Marco présenta ses collègues: le vieux Alberto et le discret Valio di Salvio. Ils font partie des Larmes, un groupe "révolutionnaire" qui veut "changer la pseudo-république contrôlée par une poignée de riches familles patriciennes pour donner le véritable pouvoir au peuple!" entre autres revendications. Ils en ont aussi contre "le mensonge et la dissimulation" des dirigeants, et c'est pourquoi les Larmes refusent de porter le masque, symbole selon eux du voile qui pèse sur la société venn'dys, malgré les risques que cela comporte pour des rebelles. Et aussi pour se distinguer de leurs ennemis, les Masques. En effet, les Masques sont les membres de la police secrète du Doge qui œuvre à purger de la Maison des Esprits les éléments indésirables, tels les mages et les illégalistes. Et le Maître-Masque est aussi connu sous le nom d'Il Medico... Voilà pourquoi Marco, qui surveillait la présumée demeure du maître des Masques, avait remarqué les Passeurs. Après avoir convenu qu'ils pouvaient certainement y avoir collaboration entre les Passeurs et les Larmes, Marco découvrit une trappe menant au sous-sol de l'imprimerie. Les guildiens le suivirent donc dans un sombre tunnel, Dralien s'arrangeant pour voir le visage de Valio alors qu'ils descendaient une échelle. Marqué au fer rouge sur son front se trouvait la marque qu'apposent les autorités sur les mages renégats découverts dans l'archipel venn'dys... Bientôt, ils arrivèrent dans une pièce bruyante, où une quinzaine de Venn'Dys entonnaient un hymne illégaliste, une fête bien arrosée et qui n'était pas en reste en comparaison du carnaval à la surface. Les Passeurs purent établir encore quelques théories avec les informations supplémentaires qu'ils échangèrent avec les Larmes. Tout d'abord, il semblait plutôt étrange que les Masques soient impliqués sur le Continent, puisque tout ce qui concerne les actions secrètes en dehors de la maison venn'dys serait la chasse gardée des Hommes Gris, les supposés espions du Doge. Et ce n'était pas le genre de Di Goronna de faire s'affronter entre eux ses agents... Qui plus est, des illégalistes avaient intercepté la nuit précédente des pigeons voyageurs qui semblaient porter une correspondance entre Il Medico et des agents dans la campagne environnante. Les agents avaient demandé: "Besoin du contenu du coffret de la Mer Verte pour la dame. Urgent." Et Il Medico aurait répondu: "Viendrai demain matin à l'aube". Et comme les guildiens avaient appris que la Mer Verte se situerait quelque part sur le Continent, c'était une occasion inespérée d'en savoir plus...

Après encore de trop courtes heures de sommeil, Marco et Valio, accompagnés des Passeurs, suivirent discrètement et à distance Il Medico et son escorte qui quittaient Brizio, d'abord à travers les terres des manoirs de campagne des familles patriciennes, puis au cœur de terres cultivées, jusqu'à ce qu'ils pénètrent dans un bois. Là, après avoir réglé leur compte à des vigiles, ils atteignirent une grande chaumière isolée à deux étages. Alors qu'ils tentaient de s'en approcher, ils furent repérés et se virent contraints de donner l'assaut. S'ils mirent à profit les capacités magiques de leur côté, un agent d'Il Medico lui aussi montra qu'il était capable de manipuler les éléments et se montra coriace, avant de s'enfuir lorsque l'avantage se montra trop du côté des aventuriers. Il Medico avait dû faire de même, sûrement fortement à regret, par la porte arrière. À l'étage, on pouvait entendre des bruits de lutte, et les Passeurs y firent rapidement irruption. Ils y virent un vieillard défendant une vieille femme alitée et manifestement victime de la Langueur contre un des Masques. Après avoir mis hors d'état de nuire l'agent venn'dys et avoir surmonté la méfiance de l'homme, celui-ci se présenta: César de Villanova, ancien officier des Masques et geôlier de la dame. Et qui était celle-ci? Nulle autre que Mirella Darmès, la mère de Yolan Darmès, actuel Grand-Maître de la Guilde des Passeurs... En quittant le manoir avec la Dame, César leur expliqua qu'en 174, un précédent Maître-Masque, Orazio di Santo, pour des raisons obscures, avait fait capturer Mirella Darmès alors qu'elle était en voyage seule à Brizio et l'avait fait enfermer dans cette chaumière. Elle n'avait pas quitté le petit domaine depuis plus de 25 ans... Après la mort de Di Santo, il devint manifeste qu'en haut-lieu, on les avait oubliés. César et Mirella firent contre mauvaise fortune bon cœur, car le geôlier était tombé amoureux de sa prisonnière et ils auraient pu filer le parfait bonheur pendant de nombreuses années si César n'avait continué d'être fidèle à la République en empêchant Mirella de quitter la chaumière, et si cette dernière n'avait conservé pour elle le lourd secret de la raison de sa détention. Il y avait quelques années, on avait semble-t-il retrouvé leur trace et la nouvelle Il Medico était passée les voir, manifestement très heureuse de savoir Mirella toujours en vie... Mais celle-ci était tombée malade il y avait quelques mois, et un médecin avait rapidement diagnostiqué la Langueur. Il Medico s'était alors promis que son "invitée" ne passerait pas l'arme à gauche et avait annoncé qu'elle attendait de la "Mer Verte" un coffret contenant peut-être un remède. Lorsque les Passeurs étaient intervenus, Il Medico venait d'administrer à Mirella le contenu d'une fiole, ressemblant fort à de l'eau, et qu'elle appelait d'ailleurs de "l'Eau de la Fontaine de Juan Vence"...

Si certaines questions commençaient à voir des réponses apparaître, d'autres se posaient inévitablement. Si Mirella Darmès est une Venn'Dys, cela faisait de Yolan un métis et non pas un Kheyza pur sang, mais était-ce suffisant pour pouvoir exercer de telles pressions sur le Grand-Maître des Passeurs, même en détenant sa mère? Il Medico détient-il vraiment le remède à la Langueur? Si oui, où est cette Mer Verte qu'a découvert Juan Vence, et dans quel genre d'affaires sont maintenant embourbés jusqu'au coup les membres de la Guilde du Nouveau Monde?

Un tunnel...
Tunnel vers la page des Mystères du Continent

Note sur les droits d'auteur

Dernière modification: 22 août de l'an de grâce 2000