Guildes

Une manifestation continentale




"...Ouais, j'veux bien croire que t'en as vu des choses étranges, sur le Continent, mais moi, avant même d'y mettre le pied, j'ai pu voir des tas d'choses bizarres aussi! Depuis j'suis marin sur les navires de la Guilde des Passeurs, j'ai dû faire la traversée entre les Rivages et le Continent une bonne dizaine de fois. Et j'ai affronté les tempêtes, la Scabarre, les monstres aquatiques, les marins d'ces rafiots des guildes compétitrices...mais c'qui m'impressionne à chaque fois, c'est c't'es satanées manifestations d'loom du Continent, après avoir dépassé Polomée et qu'on est à à peu près une semaine des côtes. Parfois, la mer Océane devient lumineuse en pleine nuit, et on jurerais pouvoir en voir le fond, et ses carcasses de navires coulées par les typhons... Ou encore, ce sont de grands éclairs colorés qui frappent de partout. Une fois même, j'te l'jure, notre figure de proue s'est mise à fredonner une musique étrange et un tas de baleines se sont mises à nous escorter! Mais mon plus beau souvenir, c'est la fois où on allait vers Port Mackear, dans la Contrée de Gillian. Pendant la nuit, les trois lunes se sont cachées derrière les nuages, et on aurait dit que le ciel n'était pas tout à fait noir, mais que là, il était rouge sombre, et plus loin, d'un genre de violet fonce, et qu'ailleurs, il portait une vague lueur jaunâtre... Et, tout a coup, il s'est mis à neiger. De gros flocons duveteux tombaient lentement du ciel sur le navire, de gros flocons de toutes sortes de couleurs vives: rouges, noirs, violets, jaunes, verts... J'ai pas habitude d'être sentimental mais là, j'te dis, c'était vraiment féérique! Les Guildiens qui étaient sur le bateau m'ont dit qu'ils étaient chargés de loom de la même couleur, mais en quantités si minimes qu'il était inutilisable. Et, de toute facon, dès qu'un flocon touchait quelque chose, il fondait vite en vapeur colorée (un docte m'as dit qu'il faut dire "il se sublimait"). Comme pas mal d'autres, j'ai réussi à en récupérer dans un bouteille vide. Ca fait très joli, ces volutes de vapeurs rouges dedans. Et, j'te jure, quand j'dois passer de longs quarts dans le nid d'la vigie, la bouteille devient chaude, juste assez pour ranimer mes mains frigorifiées. Et j'suis sûr qu'elle me porte chance..." Loric Grangeyser, marin gehemdal, dans une taverne de Port-Franc
Un tunnel...
Tunnel vers la page des Mystères du Continent

Note sur les droits d'auteur

Dernière modification: 7 février de l'an de grâce 1999