par Richard Labrecque

(textes sur la campagne de Rolemaster de Richard Labrecque à la Guilde)



La Magie de Shadow World


"Je l'ai! Partons!" dit la femme à la robe de neige. Zenia et Titus ensuite repartirent dans le sombre corridor pour sortir de la tour maudite.

Puis, Zenia ressentie le pouvoir. Comme une rafale d'air froid qui pénètre les os. Titus le faune avait lui aussi ressenti la force et sorti son épée à large lame d'un geste gracieux. Il jeta un coup d'oeil à la sorcière mais Zenia était à la préparation de sa défense. "Tu serais mieux de partir" dit-elle à son compagnon. "Il n'y a rien que tu puisses faire ici".

Comme Zenia finissait de parler, la présence se manifesta sous la forme d'un nuage de gaz lumineux, de la grandeur d'un homme. Dans le nuage se tenait le mage noir. Contrairement à ce qu'elle aurait cru, Zenia vit que le mage était un homme d'un certain âge, avec un air plutôt paternel.

Il portait une robe grise et un bâton noir qu'il pointa vers Zenia en disant: "C'est mon livre". Il avait dit ces mots avec douceur et calme. Titus répondit, arrogant: "Un livre maléfique de l'Unlife!" Le mage ne le regarda même pas.

Zenia avait préparé le sortilège de Mort Spirituelle et une lueur bleue et dorée entourait ses doigts traçant des lignes dans les airs. Mais le mage resta silencieux, serrant son bâton et souriant d'un air moqueur. Zenia lança le sort et un instant plus tard, la tête du mage noir fut enveloppée de lumière. Le mage eut un geste de la main, comme pour se débarrasser d'un insecte, et la lumière disparut. "C'est tout ce que vous savez faire?" dit le mage. Il leva la main tenant son bâton qui se mit à briller d'une lumière rouge sombre. Titus voulut l'approcher et l'expression du serviteur du mal se durcit. Le mage noir prononça un seul mot et le guerrier fut enveloppé d'un nuage rougeâtre pour un instant. Le pauvre s'écroula sur le sol, le visage crispé par la douleur.

"Maintenant, à vous, ma chère." Le mage n'avait plus du tout un air paternel...


Dyarrak-Shu


Venu d'au-delà les temps
Enchaîné dans l'oubli
L'entité cherche une sortie
Pour enfin revenir du néant

La race des immortelles
Autrefois pervertie
Cherche le retour de sa nuit
Le retour de la flamme cruelle

Les Seigneurs de cette lune
Qui l'avaient un jour fuit
Craignent son retour aujourd'hui
Pour lui ils sont sable sur les Dunes

Les Seigneurs noirs de Charon
Qui sont pourtant maudits
Ne veulent leurs pouvoirs réduits
Par cette entité qui ne pardonne

Mais si l'ombre combat l'ombre
Rien n'est encore dit
Car une lumière noire luit
Et le destin des hommes est sombre.

Découvert par les compagnons gris, ils attribuent ce texte au Spectre Seer.


Note sur les droits d'auteur


Un tunnel...
Tunnel vers la page du Fumble! #1

Dernière modification: 9 janvier de l'an de grâce 1998