(textes pour une campagne de Warhammer par Sébastien Savard)


Avis aux Laelithiens et Laelithiennes


Un membre de la guilde d'assassins "Les Dagues Mortelles", maintenant close, a été capturé. Il s'agit d'un hobbit nommé Moef. Comme il clame son innocence bien que sa culpabilité ne soit plus à démontrer (pour meurtres, rackets, vol, tricherie au jeu et, le pire, injures aux dieux), il affrontera en un combat divin celui qui l'a capturé, et j'ai nommé
TARGOOR SOLUNAR
Templier de Mannann du Temple du Poisson d'Argent. Si l'assassin remporte le combat (et s'il résiste aux assauts de la foule qui voudra sûrement le lapider), il sera gracié et pourra quitter la ville en courant. Le combat aura lieu jeudi midi, au Théâtre près du grand marché. Il sera précédé d'une pièce de théâtre intitulée: "C'est quoi ce p'tit bras-là qui pousse sur ton front", interprêté par les membres du culte du Multiforme Éthéré.
Venez en grand nombre!




Quelque part, dans le plan intermédiaire du Chaos


"Mais qu'est-ce que c'est que cette histoire! Des démons indépendants qui se baladent à Laelith! Et Daakant, un démon majeur, en plus! Qui les a invoqué, Alanor, je veux savoir qui!
-Je ne sais pas, maître Endeskir, mais j'ai mis les Ombres là-dessus. Nous le saurons rapidement".

Endeskir rageait. Il regarda par la fenêtre. Il était au sommet de la tour centrale de sa forteresse et sa vue embrassait une bonne partie du pays noir qui était son fief. Les éléments étaient déchaînés: la pluie cinglait avec force le verre qui le séparait de l'extérieur, le vent soufflait en tempête, le tonnerre grondait continuellement et la foudre frappait le sol noirci de cette contrée chaotique. Le fils des ténèbres sera les poings jusqu'à ce que ses griffes pénètrent la paume de ses mains et que de fines gouttelettes de sang s'écrasent sur le plancher de dalles froides. "Alanor, je veux savoir dans deux jours. Pas un de plus!
-Oui, maître, opina le serviteur elfe noir.
-S'il est assez puissant pour faire un pacte avec Daakant, il peut constituer une menace à mes projets... Je ne peux pas souffrir qu'on se moque de MOI! Et je suis piégé dans le plan intermédiaire pendant encore neuf mois... Par tous les démons des enfers, maudit soit Merlin! Et maudits soient ces minables aventuriers qui m'empêchent toujours de revenir sur Toril! Je veux qu'on les avertisse, tu entends, Alanor, je veux qu'on leur dise que s'ils contrecarrent une fois de plus mes plans, mes Lames de la Nuit les extermineront un à un. Avertit ces satanés frères Blood, et Wexander, et cette minuscule hobbitte, Éléanore Lorella de Rocheclaire, et les géants Crom et Rip, et Alhuir Solunar, n'oublie pas son frère Targoor! Et Féruviel Kermanaus, et Synarel Galandriel, et Ardkeniel Ilmarith, et Radstat, et Minrandor, et Strandor, et le hobbit Moef...
-Moef va être exécuté à Laelith, maître.
-Tant mieux! Et éliminez-moi ce Merlin, ce mille fois maudit Merlin!
-Merlin? Ce ne sera pas facile, maître!
-M'en fout! TUEZ-LE!!!
-Comme il vous plaira, maître..." dit Alanor en se retirant.

"Ils mourront tous!" pensa Endeskir en contemplant le Chaos à l'oeuvre à l'extérieur, "Devant Khorne et Slaanesh, devant Tzeentch et Nurgle, j'en fait le serment..."



La Grande Prophétie


Le jeune elfe arrivait en courant à son village. "Père! Père! Où êtes-vous?". Un autre elfe sylvain, plus âgé, passa la tête par la porte entrouverte d'une demeure. "Mais qu'y -a-til Eriadan? Pourquoi cours-tu comme ça? Et où sont les étrangers que tu devais guider?
-Je les ai guidé, père! Jusqu'au ruines de Dereznil. Vous aviez raison, elles sont hantées!
-Mais bien sûr que j'ai raison. J'ai toujours raison, c'est évid... Quoi?! Que me racontes-tu là?
-Elles sont hantées, père. J'ai vu plein de fantômes! Ils faisaient une cérémonie! Il y avait des gens habillés en blanc avec un crâne brisé qui était dessiné sur leur tunique, et puis des mages avec tout plein de créatures d'eau, de feu, de vent et de pierre, et il y avait aussi des fantômes d'elfes avec plein d'animaux qui les suivaient, et même un gros gros dragon tout doré! Et il y a aussi eu un sacrifice: ils ont pris une jeune elfe, ils l'ont tué, ils ont écrit quelque chose avec son sang sur un grand menhir, puis ils l'ont ressuscité. Puis là, je me suis sauv...je suis partis, je veux dire, pour vous informer. C'est pas parce que j'ai eu peur, évidemment."

Le père était songeur. Il était l'un des sages du village et connaissait bien certaines rumeurs et légendes qui couraient sur Dereznil. "As-tu pu lire le texte qu'ils écrivaient, Eriadan? T'en souviens-tu?
-Oui, père. Ils l'écrivaient en commun. Cela disait:

"Depuis des temps immémoriaux
Le monde attend l'affrontement
Le jour où les deux titans
Mèneront leurs dévôts

Lorsque les quatre et leur Seigneur
Se lèveront contre le Noir Souverain et ses sujets
La pénombre tentera tout pour la paix
Car la lumière est en torpeur

Les dieux en colère
Désobéiront à Celui-qui-fut-et-qui-sera
Désastres seront les résultats
Fléaux s'abbatront sur la terre

Toute tentative échoueront
Sauf, peut-être, une
Mais ce ne sont pas ces runes
Qui, voyageur, vous apprendront
Laquelle..."


"Oh non... Eriadan, va vite chercher les étrangers. Ils sont en danger. Dis-leur qu'ils ne peuvent rester là, que d'ignobles créatures vont apparaître.
-Je dois retourner là-bas?
-Aurais-tu peur?
-Jamais!
-Alors va! Fais vite! Et fais bien attention en chemin!

Le jeune elfe repartit aussi vite qu'il était arrivé. Le père demeura sur le pas de sa porte, songeur. "Oh non, pensa-t-il, la Grande Prophétie..."

Note sur les droits d'auteur


Un tunnel...
Tunnel vers la page du Fumble! #10

Dernière modification: 12 mars de l'an de grâce 1998