par Sébastien Savard



Certains membres ont eut une longue conversation, il y a quelques semaines, au sujet du choix des campagnes. Ils se demandaient si nous n'étions pas mieux de diviser les joueurs également entre les parties au risque de forcer certains à jouer à un jeu qui ne les intéresse pas, pour éviter que certaines parties se retrouvent avec peu ou pas de participants, et pour inciter les joueurs à mieux se "mélanger". Je comprend leur frustration, quand les campagnes auxquelles ils participent vont cahin-caha à cause du manque de joueurs, mais je ne crois pas qu'il faille imposer à des membres le jeu auquel ils vont jouer. La plupart d'entre eux, même avec toute la bonne volonté du monde, se désintéresseraient de la partie et, encore, ça, c'est s'ils venaient. Il est certain que les joueurs devraient tâcher de se séparer plus équitablement entre les parties et en essayer de temps en temps de nouvelles (on peut avoir de bonnes surprises), mais je crois que l'essentiel du travail à faire l'est par les maîtres de jeu. Si vous désirez avoir plus de joueurs réguliers dans vos parties, commencez par vous choisir un ou deux jeux (ou mondes) réguliers eux aussi, et développez votre background. Un MJ avec un monde bien défini, où l'on peut avoir la chance de faire évoluer un personnage plus souvent, est toujours plus attirant qu'un autre qui fait jouer à un nouveau jeu tous les trois mois. Cela n'exclut pas la nouveauté, mais gardez tout de même la première place à un jeu en particulier. Vous pouvez également vous publiciser: des articles dans le Fumble! font connaître votre jeu et des intrigues qui s'y déroulent facilement et à tous les membres. Un peu de publicité aux pauses et avant le choix des campagnes ne font pas de mal non plus. Finalement, si vous n'êtes pas un improvisateur-né, prenez la peine de bien préparer vos parties. Quand un joueur a aimé une partie, il reviendra, croyez-moi...

Note sur les droits d'auteur


Un tunnel...
Tunnel vers la page du Fumble! #18

Dernière modification: 23 août de l'an de grâce 1998