La Guilde selon Richard
(et autres commentaires)

par Richard Labrecque

(Texte d'opinion sur la Guilde)



NOTE: Le texte qui suit est sous la seule responsabilité de l'auteur et ne reflète pas nécessairement la pensée des membres fondateurs.

Je jouais aux jeux de rôle depuis près de quatre ans lorsque fut fondé, le 2 avril 1988, le club "Le Premier Âge des Maîtres". Dès le début, je me joignis à ce club de jeux de rôle, suivit de Sébastien Savard un an plus tard.

Je ne regrette pas les deux années passées avec Le Premier Âge des Maîtres. car, durant cette période, j'appris beaucoup sur les jeux de rôle et, malgré de graves défauts, ce club avait de belles qualités.

Le groupe de 15 à 20 joueurs était unis, jouant tous au même jeux, J. R. T. M. (très modifié); nous avions, pour la plupart, un surnom venant du personnage que nous interprétions le plus souvent (par exemple, moi, c'était Black) et les membres se rencontraient en dehors du club, lors d'activités sportives ou de "partys".

Il n'y avait pas de réunions car tout était décidé par les deux responsables, Nick Beaudoin et Sylvain Beausoleil. Il y avait peu de réglements et ceux qui existaient n'étaient pas écrits, touchant surtout le ménage et le paiement des cotisations (c'était 5$ par mois tout comme pour nous).

Le fait de n'avoir pas de réglements écrits ou de réunions ne me dérangeait pas vraiment car les membres étaient matures et donc il n'y avait pas de problèmes. Ce qui m'amena à vouloir faire des changements à la structure du club fut le fait que le club, malgré un montant substantiel de cotisations (de 50$ à 75$) ramassés chaque mois, n'avait rien. Il n'y avait pas de loyer à payer pour notre salle. Alors, où allaient les fonds? Il est certain que les responsables ont fait des dépenses (photocopies de livres, des figurines...) mais rien n'appartenait au club. Vu le désintérêt total des membres à ce sujet, je ne fis rien. Du moins, pas avant le 20 janvier 1990.

Car, à cette date, le club eut sa première réunion. Les deux responsables avaient subitement décidé de quitter le club et j'avais réussi à convaincre les membres de faire quelques changements. C'était: jouer à différents jeux de rôle, se faire des mini-statuts et réglements et, bien entendu, tenir une comptabilité des biens du club. Une semaine après, le club changea de nom pour prendre celui de "Les Maîtres du Temps" (nom proposé par Sylvain Bariault).

Mais le 24 février 1990, lors de la réunion où devaient être adoptés les nouveaux statuts et réglements, coup de théâtre, Nick et Sylvain revinrent sur leur décision et demandèrent de reprendre le club en main. Et contre toute logique rationnelle, les membres votèrent avec une grande majorité pour que le club redevienne Le Premier Âge des Maîtres et soit dirigé par Nick Beaudoin et Sylvain Beausoleil. Ne pouvant accepter une telle décision, moi et trois autres membres, dont Sébastien Savard, avons quitté le club.

C'est le 7 avril 1990 à 17h30 que fut fondé le club Les Maîtres du Temps par les quatre démissionnaires et deux nouveaux venus, dont Martin Savard. Le 21 du même mois, nous adoptions les premiers statuts et réglements qui étaient voués, nous l'ignorions à l'époque, à des changements presques continuels à l'avenir.

Le 12 mai 1990, les membres fondateurs décidèrent d'appeler notre groupe "La Guilde Les Maîtres du Temps". Pourquoi? Tout simplement pour se différencier du club "Le Premier Âge des Maîtres" qui, bien que moribond, existait encore. C'est aussi lors de cette réunion que fut adoptée la Charte des Fondateurs, créant une protection efficace contre toute tentative de prise de contrôle (on avait encore tout frais en mémoire la folie du 24 février).

Le 26 mai 1990, Dominic Plante fut accepté comme membre de la Guilde. C'était le premier d'une longue série (il y en a plus près de 40). Le 12 juillet q990, on adopta le logo de la Guilde (proposé par Marc-André Rivard). Ce logo fut modifié un mois plus tard lors de la plus longue réunion, une "réunion des membres fondateurs" qui dura 4h17.

Durant les quatre premiers mois d'existence de la Guilde, trois des membres fondateurs nous quittèrent (dont un qui fut expulsé). Il ne restait donc plus que trois membres fondateurs: moi, Sébastien Savard et Martin Savard. Cela n'a pas changé depuis.

Décembre 1990: Le magazine Casus Belli parla de la Guilde et ont reçu une première lettre de l'Europe (du groupe Transludie). C'est aussi lors de ce mois que fut tenue la plus courte réunion de la guilde, réunion qui dura 6 minutes... C'est durant le mois de janvier 1991 que nous avons quitté le sous-sol du Centre pour aller au 2e étage. cela ne devait durer, au début que deux mois mais, depuis, nos activités ont toujours euent lieu au deuxième étage.

Le 2 février 1991, traversant une grave crise face à la guilde, je demandais la fin de la Charte des Fondateurs et la remise de la trésorerie à l'exécutif. Le deuxième point fut accepté par les membres fondateurs, mais pas le premier (et c'est une chance, à bien y penser). Le 16 février 1991, la Guilde créait sa propre cantine (gérée par la guilde). Le 15 juin 1991, les membres choisissaient le nom de "Fumble!" pour leur journal.

C'est le 13 août 1991 que je fis une très grave erreur qui causerait beaucoup de problèmes à la guilde dans le futur. Je proposais, et ce fut adopté, que la cantine de la Guilde soit gérée par Nicolas Talbot, Gaetan Gagnon et André Laferrière.

L'année 1991-1992 fut une période sombre pour la Guilde, un petit groupe de membres, dont des membres de l'exécutif, étaient plus occupés à tenter d'enlever des pouvoirs aux membres fondateurs qu'à faire évoluer des projets constructifs pour la guilde (les statuts et réglements épaissirent d'autant).

C'est à partir de février 1992 que je me rendis à l'évidence, la cantine ne fonctionnait pas pour servir la Guilde, mais pour le profit des gestionnaires. Cela n'était pas acceptable et c'est alors que je commencai à chercher à redonner le contrôle de la cantine à la Guilde. Cela ne se fit pas sans dégâts pour notre groupe: 70$ de pertes (le prêt non-remboursé des gestionnaires) et, à la fin, la démission ou l'expulsion de près du tier des membres de la Guilde. C'était beaucoup, mais ça en valait la peine selon moi.

À la fin de 1992, les membres fondateurs reprirent le contrôle total des fonds de la Guilde. C'est aussi à cette époque que fut adoptée dans la Charte des Fondateurs le principe de membre représentant.

Depuis le début de 1993, j'ai proposé et fait adopter des modifications aux statuts et réglements visant à augmenter le contrôle des finances de la Guilde et diminuer les dépenses inutiles.

Mais de graves problèmes restent à résoudre. Car la Guilde traverse une crise pire que tout ce qu'elle a eut à traverser jusqu'à maintenant. Le nombre de membres a beaucoup diminué avec l,affaire de la cantine. Cela n'aurait pas été très grave si de nouveaux membres avaient remplacés les anciens. En plus, plusieurs membres participent moins souvent aux activités de la Guilde (dont moi, je l'avoue), mais il faut bien travailler pour vivre.

Une seule solution, avoir de nouveaux membres, et beaucoup de nouveaux membres, car ça presse... Alors, il faudrait être moins sévère lors des acceptations. Mieux vaut un membre moins bon que pas de membre du tout. Pour attirer de nouveaux membres, il faudrait aussi chercher à rendre la Guilde plus attirante pour les membres éventuels. Il faut y penser et y penser maintenant car il en va de l'existence même de la Guilde (mais restons positifs...).

...La Guilde Les Maîtres du Temps a trois ans. C'est très bien si on se rappelle qu'elle a été créé par des jeunes, sans aucun appui de l'extérieur. La Guilde peut exister encore plusieurs années, si on y fait un peu attention. Donc, longue vie à la Guilde!

Richard Labrecque


Note sur les droits d'auteur


Un tunnel...
Tunnel vers la page du Fumble! #18

Dernière modification: 13 septembre de l'an de grâce 1998