(Les aventures d'un personnage dans une campagne de Rolemaster dans le Shadow World par Richard Labrecque)



(suite du Fumble! #24)

51e jour du 3e mois de l'année 6043 de la troisième Ère.

Je porte aujourd'hui l'Épée de Glace car Cronia en a décidé ainsi. Nous l'avons trouvée au fond de la rivière, protégée par une épaisseur de glace, hier après-midi; j'ai bien failli me noyer.

J'ai remis l'Épée de Vent à Clays, le chevalier de Danarchy.

56e jour du 3e mois de l'année 6043 de la troisième Ère.

Nous avons vu la mort de près, aujourd'hui. En effet, en sortant de ruines dans lesquelles nous avions trouvé l'Épée de Feu, nous avons été attaqué par une créature morte-vivante en armure à plates. Cette créature avait une Implementor, une Épée du Mal!

Les événements suivants m'ont été contés par Ayoye: les trois porteurs des Narsaelkin, c'est-à-dire Itililaar, Clays et moi-même ont été mis au tapis par le mort-vivant. À cet instant, Cronia est disparue, laissant à sa place un homme aux yeux violets. Ce dernier, d'un seul mot, lança un éclair sur le monstre; immédiatement suivi de six éclairs simultanés. (Je soupçonne Ayoye d'avoir exagéré, mais je me fie à sa parole). Le mort-vivant tomba en poussière.

Ensuite, l'homme aux yeux violets nous ramena à la conscience, les autres porteurs et moi. C'est un grand homme, aux cheveux noirs striés d'argent, à l'air très sérieux. Il porte une robe dont la couleur change constamment, et un pendentif en forme de Wyvern. D'après ce qu'il nous révéla, c'était lui qui avait pris la forme de Cronia, une prêtresse de Numa, morte il y a quinze ans.

Après avoir détruit l'Implementor avec les Narselkin, l'homme nous remit les épées.

À Itililaar, qui venait du nord et voulait tuer le Seigneur Dragon Sulthan Ni'Shaang, il remit l'Épée de Feu, en l'avertissant qu'"elle ne reviendrait plus jamais au sud.".

À Clays Tuard, chevalier de Danarchy, il remit l'Épée du Vent, tout en récitant les vers suivants:

"Tu voudrais une vie sans tracas,
Tu veux vivre en paix chez toi,
Mais attention à la vérité,
Ce n'est pas ce qu'est ta destinée."


Il nous fit ensuite voir la scène de la résurrection de Clays, sur la plage, par un prêtre maléfique. Ce prêtre lui avait ordonné magiquement de trouver les Épées, de les lui ramener dans le nord et de tuer Itililaar. Heureusement, l'homme aux yeux violets annula ces quêtes d'un geste.

Ce fut à moi, Edrick le chevalier errant, de recevoir ensuite de ses mains l'Épée de Glace, elle aussi accompagnée de quelques vers:

"Tu es justice et vérité,
Tu es bonheur et chevalier,
Suis ton chemin et ta voie,
À ton destin, elle te mènera".


À Ayoye, "fils de Sulini", il remit un parchemin et lui lança cet avertissement:

"Toi qui cherche la Couronne de la légende,
Toi qui veux régner malgré ton sang,
N'oublie jamais ce que je te dis maintenant:
Elle cache souvent la vérité, la légende".


Tandis que nous nous interrogions sur la signification de toutes ces paroles, Clays, bavard comme une pie, demanda à l'homme qui nous avait sauvé ce qu'il faisait ici, ce à quoi il répondit: "J'attends cette personne.", puis disparut dans un flash de lumière. Et, effectivement, quelqu'un arrivait à cheval, que l'on connaissait bien: Channi Ysanda.

Elle était porteuse d'une mauvaise nouvelle: la femme du prince des Sulinis accusait Ayoye de comploter contre le trône.

Elle nous dit aussi ces quelques mots: "Moins vous en saurez sur cet homme aux yeux violets, mieux ce sera. On le nomme: "la Cible du Décret"."

Edrick"


À suivre...


Note sur les droits d'auteur


Un tunnel...
Tunnel vers la page du Fumble! #25

Dernière modification: 22 décembre de l'an de grâce 1998