par Sébastien Savard

(Historique d'un personnage de Sébastien Savard dans la campagne de l'Eltharian à Warhammer de Martin Savard à la Guilde)


Vous savez ce qu'est un historique? C'est la description de la vie d'un personnage avant son entrée en jeu, bref, son histoire. Malheureusement, l'historique est un art qui se perd, à la guilde. Il est vrai que quand on ne joue pas souvent un personnage, c'est peut-être moins tentant de se donner la peine de lui écrire une histoire, et ce n'est pas sûr que le MJ va faire quoi que ce soit dans sa partie en rapport avec l'historique d'un personnage donné. N'empêche que ces tranches de vie peuvent devenir une importante source d'inspiration pour le MJ, et que le joueur peut s'en servir facilement pour donner plus de couleur à son personnage. Bref, pour vous donner l'envie de faire un historique à votre personnage préféré et vous donner quelques idées, cette chronique sera dédiée à la parution des historiques de personnages réels ayant apparus dans des campagnes de la guilde, PJ ou PNJ. Donc, avis aux MJ et aux joueurs de la guilde, faites parvenir vos historiques originaux les plus intéressants aux membres du comité journal et vous paraîtrez dans un prochain Historium.

L'Histoire d'un Mal-Né

Personnage: Crogn Tarak
Joueur: Sébastien Savard
Campagne: Warhammer de Martin Savard

Juin 826. Danays Illouath, jeune (et assez jolie disons-le) prêtresse de Shallya, arrivait à la Citadelle Gelée en provenance de Selgonte, où elle venait de se faire ordonner. On lui avait confié la tâche peu facile d'entretenir la piété des soldats qui patrouillaient les rudes landes du nord de la Gaherlande et de soigner les blessures qui résultaient des escarmouches entre Gaherlandais et gobelinoïdes. Un mois calme passa, où la routine quotidienne du sacerdoce, de la préparation des potions de soins et de la cueillette des simples n'était entrecoupée que rarement par les soins d'un blessé revenant du combat, les tribus orques et hobgobelines des environs se tenant plus ou moins tranquille.

C'est pourquoi Danays acquis l'habitude de partir une ou deux fois par semaine seule dans la plaine aux alentours de la forteresse, pour méditer et pour ramasser des plantes médicinales. Mal lui en prit. Un soir de juillet où elle s'était attardée un peu plus longtemps pour observer les aurores boréales, elle fut surprise dans sa contemplation par une bande d'orques en maraude. Elle n'eut pas le temps de réagir qu'ils étaient sur elle, la plaquant au sol et la dépouillant de ses vêtements. Sous la pâle lueur du soleil de minuit se tinrent cette nuit de bestiaux ébats.

Elle fut retrouvée le lendemain matin par une patrouille de la Citadelle qui la recherchait. Son corps gisait, ensanglanté, entouré de lambeaux de tissus et de traces gobelinoïdes. Malgré tout, elle était encore en vie. Les gardes la rapportèrent à la citadelle et deux d'entre eux la veillèrent trois jours durant lesquels elle fut victime d'un étrange délire: elle marmonnait pendant des heures des paroles incompréhensible puis elle récitait à voix haute des prières à Shallya. Quand elle s'échappa des affres de son sommeil tourmenté, les deux gardes constatèrent qu'il se passait quelque chose de bizarre: plus elle se réveillait, plus ses blessures se résorbaient, et quand elle fut tout à fait consciente, ses balafres avaient disparues.

Danays déclara qu'un enfant avait été conçu et qu'elle devait le garder, le chérir et l'éduquer. Malgré les efforts des gardes qui essayèrent de l'en dissuader, lui démontrant qu'elle ne devait pas avoir un enfant d'un être maléfique, elle ne changea pas d'opinion, répondant toujours qu'elle devait suivre la volonté de sa Maîtresse. Un "garçon" naquit neuf mois plus tard, le 3 avril 828.

L'être difforme qu'il était fut vite baptisé Crogn par les gardes, en écho aux grognements qu'il faisait entendre. Danays s'en occupa pendant les huit années qui suivirent, tâchant de lui offir tout ce qu'une mère peut offir à son enfant et l'éduquant à la bonté le mieux qu'elle put. Après les premières réticences, il fut peu à peu adopté par les gardes de la citadelle, et participait à sa vie en effectuant quelques menus travaux domestiques. Ce sont les enfants orques qui s'aventuraient parfois jusqu'aux abords de la citadelle et qui le rudoyaient quand ils le trouvaient qui le surnommèrent "Tarak", le "mal-né" (de "thar", de mauvaise façon, et "ackh", naissance). Il conserva le nom, parce qu'il ne pouvait oublier son ascendance orque.

Le 12 mai 836 était un jour de fête à la citadelle, on célébrait l'anniversaire de naissance du capitaine de la garde. Après une soirée de banquet, dans une salle de fête vide, Crogn, qui se promenait, aperçut une bouteille d'alcool parmi les débris qui traînaient. Il voulut goûter à ce que lui défendait sa mère en toute tranquilité et réussit à quitter la citadelle et à s'éloigner un peu sans se faire voir. Après avoir goulûment englouti le contenu de la bouteille, il s'endormit, ivre-mort. Un groupe d'orques, mené par un certain Ergashnen, un esclavagiste, campant non loin, le découvrirent et le capturèrent. Ils décidèrent de l'amener avec eux pour s'en servir comme serviteur dans leur périple pour vendre leur "marchandise" aux différentes tribus de créatures humanoïdes vivant dans le nord de la Gaherlande. Il passa quatre ans à se faire battre et rosser malgré qu'il faisait tout ce qu'il pouvait pour servir correctement ses maîtres. C'est alors qu'il tentait pour une énième fois de s'enfuir qu'apparut un noble chevalier, Clem Dipriam, qui fit s'enfuir les gobelinoïdes. Crogn se joint à lui et décida de servir fidèlement son nouvel ami et maître. Ils voyagent ensemble depuis lors...

Note sur les droits d'auteur


Un tunnel...
Tunnel vers la page de la Campagne de l'Eltharian

Dernière modification: 9 février de l'an de grâce 1998