(textes sur la campagne de Warhammer de Sébastien Savard à la Guilde)


La Légende de la défaite des Anciens


"Il y eut un jour, il y a de cela des siècles, trois puissants artefacts sur notre mond, trois pyramides de la puissance. Sur chacune d'elle était inscrit: "Lorsque les trois seront réunies, le temps des Anciens reviendra". Je vous ai déjà raconté les histoires concernant les deux premières pyramides qui furent en possession de Nög Blood (le héros nain dont tous se rappellent la mémoire) et d'Endeskir Henhuinë le démonologiste qui est disparu on ne sait où. Vous vous souvenez qu'elles avaient été détruites et que des demi-dieux de la Loi, les deux Lassalan, s'en étaient extirpés.

Eh bien, ces deux êtres partirent à la recherche de la troisième pyramide. S'ils la trouvaient, ce serait l'avènement de la Loi sur une terre où plus rien ne pourrait changer, tout serait classé dans un ordre immuable et sans mouvement. La troisième pyramide était détenue par Rénérion, un mage qui fut trouvé mourant dans sa hutte du cloaque de Laelith, la Ville Sainte, par des aventuriers. Les ménestrels chantent toujours les louanges de ces aventuriers qui vainquirent maint périls lors d'un très long voyage de Laelith à un volcan du Luiren (la contrée des hobbits) pour y détruire l'artefact. Ils furent injustement accusés du meurtre du calife du Turmish, se virent assaillis par une bande de Shaarindiens, et firent faces à tant d'autres dangers... Il furent même confrontés aux Lassalan même, aux demi-dieux eux-même. Depuis ce temps, nous bénissons leur mémoire et remercions les Dieux de nous avoir envoyé ces héros du Bien: Alhuir Solunar dir l'Archer Dévastateur (Éric Laflamme), Radstat dit le Puissant (Éric Robitaille), Féruviel Kermanaus dit le Maître des Éléments (Martin Savard), Rip le géant dit Force de Roc (Stéphane Couture), Josephus Neurasteïn le destructeur de reliques (PNJ), Ardkeniel Ilmarith dit l'Arc-en-ciel du Mystère, Synarel Galandriel dite l'Amie des Animaux (Sophie Bolduc) et, le plus loué d'entre eux, celui qui a donné sa vie pour sauver le monde, celui qui est venu du Noir Cloaque pour combattre une trop vive lumière, Numarek l'elfe des profondeurs. Qu'on se rappelle d'eux pour l'éternité." Déil d'Aiglegris, raconteur, à "La Nouvelle Auberge de la Lanterne" de Laelith,
8 mai 1053.

"Grand manitou, l'étrangeté du monde que vous avez jadis créé ne cesse de m'étonner. Hier, j'ai suivi un groupe d'étrangers qui voyageaient sur le territoire des Cavaliers-Faucons, notre tribue ennemie. Un groupe de Cavaliers-Faucons les attaqua pendant la nuit et furent défaits sans difficulté. C'est alors qu'apparut un être étrange tout de lumière qui dit être Lassalan et exigea des étrangers qu'ils lui donnent une "pyramide". Il ne voulurent pas et deux d'entre eux s'enfuirent, poursuivis par l'être de lumière. Un autre être, pareil à ce dernier, apparut à son tour et empêcha les autres étrangers de s'enfuir. C'est à ce moment que j'utilisai la magie que vous nous envoyez, grand manitou, pour que les sons et les images chevauchent les vents et parviennent à moi. Je vis un étranger tué par un rayon de lumière émanant du "Lassalan", j'ai vu l'apparition d'un autre être, noir celui-là, qui a dit son nom, Endeskir, et qui aida les héros en envoyant deux hideux démons pour qu'ils combattent les "Lassalan". J'ai vu ce combat apocalyptique et qui ne veux plus quitter mon esprit. Sauvez-moi de ces images, Manitou!"

Prière d'un Shaarindien au Grand Manitou

Un Dieu du Chaos: NURGLE


Nurgle est le Grand Seigneur du déclin, le Maître de la maladie, des épidémies, de la putrescence, de la puanteur et de la pourriture. Cette puissance du chaos est également le Seigneur du Tout parce que toute chose, quelque apparence de solidité et de permanence puisse-t-elle avoir, est sujet à l'usure, à l'érosion, à la corrosion, à la corruption physique et à la destruction. On représente souvent Nurgle comme une énorme créature baveuse à la chair flasque, portant d'immenses cornes fangeeuses, au corps verdâtre couvert de pustules, d'abscès et de toutes les maladies imaginables, aux boyaux et aux viscères putrides débordant de sa masse répugnante par des plaies purulentes (pouah!).

Tous les êtres vivants savent qu'ils mourront un jour, qu'ils endureront maladies et tourments leur vie durant, qu'il est futile d'espérer mieux, mais ils essaient de cacher dans un recoin de leur esprit tout ces sentiments en les ignorant. Nurgle est l'incarnation de ces connaissance et de la réponse inconsciente à la fatalité incontournable de la vie et de la déchéance. Les couleurs de Nurgle sont le brun, le vert et toutes les couleurs salies, et son nombre le 7. Adaptation d'informations tirées du supplément pour Warhammer "The Lost and the Damned".

Note sur les droits d'auteur


Un tunnel...
Tunnel vers la page du Fumble! #7

Dernière modification: 17 février de l'an de grâce 1998