>
(textes pour une campagne de Warhammer par Sébastien Savard)


"Une lumière plus sombre encore que les ténèbres..."


La servante entrait dans le domaine de son maître. Ce domaine, c'était un vaste caveau de la Terrasse du Châtiment de Laelith, humide, sombre, exhalant une puanteur plusieurs fois centenaire. La servante avait dûe montrer patte blanche à cinq ou six démons pour pouvoir pénétrer dans cet antre de la noirceur mais ils ne l'avait nullement effrayé, puisque les liches ne peuvent éprouver la peur qu'en présence d'entités bien plus puissantes. Quant à son maître, qui ne s'était éveillé d'un long sommeil que depuis peu, il devait attendre calmement les informations qu'elle devait lui porter.

Elle traversa rapidement un labyrinthe de couloirs et de salles, truffé de chasse-trappes, d'alarmes magiques et de gardes peu ragoûtants, qui était partie intégrante du Cloaque, pour arriver à ce qu'on appelait parmi les serviteurs la "Salle de l'Ineffable Mal". Elle passa entre les deux démons majeurs qui faisaient office de gardiens et, après s'être approché avec respect, s'agenouilla devant un immense trône où prenait place un grand être noir aux contours indistincts. La créature, bien que constituée de chair et de sang, rayonnait d'une lumière plus sombre encore que les ténèbres, et ses yeux rougeoyaient d'une cruauté infinie. "Daakant, le démon-majeur que vous avez invoqué, n'est plus, Maître.
-Les aventuriers ont rapporté le sandestin de Jarandell?" La voix de l'être évoquait le grondement sourd d'un tremblement de terre. "Oui, répondit la liche. Il faut croire que les trois seigneurs de Jarandell les ont aidés.
-Tant mieux. Je pourrai faire d'une pierre deux coups. Me venger d'eux et reprendre la place qui me revient. D'abord, Laelith, après, l'Univers.
-Mais le Roi-Dieu?
-Tu veux dire l'usurpateur. Il ne pourra rien faire. Son pouvoir redeviendra mien. Et ces pauvres petits aventuriers ne pourront rien faire contre moi. Ils me serviront comme tu me sers...
-Et Endeskir? Il pourrait contrecarrer vos plans...
-Nullement. Vois-tu, il est loin d'être parfait. Il va trop souvent en première ligne et se laisse mener par ses passions. Il se perdra lui-même. De plus, il ne pourra garder les dieux du chaos éternellement derrière lui.
-Les dieux de la Loi réagiront peut-être...
-Les dieus de la Loi sont stupides. Quant aux autres, ils ne peuvent intervenir directement. Celui-qui-fut-et-qui-sera les en empêche et j'en profite. Non, vois-tu, c'est incontournable: ils m'ont bafoué et ils mourront, tous. Je vaincrai, il n'y a pas d'alternative." Il lui fit signe de le quitter.

La fiche partit reprendre son poste dans la cité en frissonant. Il fallait des entités bien plus puissantes qu'un démon pour lui faire peur. Et son maître l'effrayait, carrément.



Laelith: le Cloaque


"Il fut un temps où Laelith n'était pas la Cité "Sainte" que nous connaissons maintenant. D'abord campement de deux tribus barbares puis petite ville marchande nommée Tanith-Lenath, sa population augmenta rapidement lorsque les prêtres et initiés des contrées environnantes vinrent de plus en plus souvent régler leurs différents et discuter de problèmes théologiques au bourg. C'est à ce moment qu'il fut décidé que l'on devait doter la ville d'un réseau d'égoûts digne de ce nom. Un gnome nommé Gaelnor fut chargé de concevoir les plans et, aussi créatif que zélé, il démontra tout son génie en créant un ensemble de collecteurs, de canaux, de tunnels d'entretien, de boyaux et d'écouloir qui portaient sur plus de quarante lieux, sans compter les ajouts effectués par les résidents actuels... Puisse les "dieux" (HA! HA!) m'épargner sa visite..."

Tirée d'une copie pirate de "Sectes, Religions et autres foutaises" par Gorham l'Incroyant.

"Je retire plusieurs choses de ma longue errance dans les noirs écouloirs du Cloaque. Tout d'abord, bien qu'étant un cartographe émérite, je me suis vite perdu dans ce dédale de passages enchevêtrés habités par une faune peu recommendable. [...] Et, comme je l'ai déjà mentionné, le Cloaque, loin d'être le royaume de l'anarchie, est plutôt un reflet chaotique de la société en surface. J'ai même plusieurs fois l'impression que les égoûts de Laelith étaient tenus sous la férule d'un maître absolu. Qui est ce "maître noir"? Je n'ai pu le découvrir..."

Tiré de "Monde des Ténèbres" par Anvlin d'Estenar

"...Cette affaire nous montre bien qu'il est scandaleux que l'on puisse entrer et sortir du Cloaque comme d'un moulin puisque, comme vous le savez, toute canalisation d'égoût y aboutit et que plusieurs demeures de Laelith possèdent une entrée secrète qui s'y rend. Dorénavant, toute personne qui voudra y pénétrer devra donc obtenir une "licence d'Aventure" pour un coût modique aux tribunaux. De plus, je suggère qu'on surveille de près les issues du Cloaque au temple du Crâne..."

Rapport d'Anemates, Grand Prêtre de l'Oiseau de feu et responsable de la défense de Laelith au Roi-Dieu

"Le sage ne s'aventure pas
en des lieux d'infamie
le Cloaque est de ceux-ci
il promet le trépas"

Strophe d'un poème d'Ermold le Noir, tiré du XXXVIe tome de "Poésie de mon crû"

"Mais, qu'y a-t-il sous le Cloaque" demanda le novice.
Songeur, le Grand Prêtre hésita avant de répondre:
"Au fond, tout au fond, il y a l'Enfer!"

Extrait des "Anecdotes Théologiques" d'Isouln le Pieux

La dernière citation et les informations sont tirées du superbe hors-série du magazine Casus Belli sur la ville de Laelith dont je vous conseille fortement l'acquisition...

Note sur les droits d'auteur


Un tunnel...
Tunnel vers la page du Fumble! #9

Dernière modification: 25 février de l'an de grâce 1998