Lettre à Sigmund Freud
par Frédéric Doré

(suite de textes pour une campagne fantastique par Frédéric Doré)



12 décembre 1900


Cher collègue,

Je vous écrit à ce jour pour vous entretenir du cas très intéressant d'un de nos nouveaux pensionnaires. On nous l'a amené la semaine passé dans un état catatonique profond. Les techniques habituelles pour le sortir de sa condition n'ayant pas fonctionnées, nous nous sommes vu forcés d'utiliser les électro-chocs. La réaction fut des plus spectaculaires: notre patient s'est soudainement levé de sa chaise en criant: "La noirceur, la noirceur..." ainsi sans arrêt. Nous avons finalement réussit à le calmer et à lui passer la camisole de force car il voulait s'enfuir de la "mort noire", d'après ses propres termes. J'ai personnellement prit le dossier car de toutes mes années passées parmi les fous, je n'ai jamais vu quelqu'un aussi obsédé par la mort. SA méthode pour la décrire est cependant unique et c'est pourquoi je vous écrit.

Voici en gros l'histoire qu'il nous raconte dans ses moments lucides, car il est vraiment le prototype parfait du patient que l'on laisserait sortir quand il n'est pas dans sa période de folie. Son nom est Erik Ironside. Il dit être un "très puissant mage de l'ordre de la lumière libre", une société spirite anglaise dont nous ne savons pas grand chose. Il raconte que pour déterminer la prochaine cible de "l'ordre de la bête porteuse de la clé", une société concurrente de ce que j'ai compris de ses explications, il est allé, probablement drogué bien qu'il affirme le contraire, dans le plan astral et, prit dans une "remous temporel astral", il s'est perdu. La suite est confuse car il manque de retomber dans le coma à chaque fois qu'il arrive à cette partie. Pour "remonter" jusqu'à son corps, il a dû passer par une "zone de guerre" et en a profité pour jeter un coup d'oeil. Je ne peux vous dire la suite car nous le perdons à chaque fois ici. J'aimerais recevoir votre avis sur cette situation et soyez assuré que je vous écrirai si nous déchiffrons quelques informations nouvelles du discours confus de ce patient.

Avec mes salutations les plus distinguées,

Alexandre Brown,
Asile Général de Londres


Note sur les droits d'auteur


Un tunnel...
Tunnel vers la page du Fumble! #9

Dernière modification: 25 février de l'an de grâce 1998